Moody’s dégrade la note du Liban 1
#Business #DecisionMakers #EconomicAnalysis #Economy #Institutions #News #Trending #LEBANON
Fiona Urbain
Tuesday 29 August 2017 Last update on Tuesday, August 29, 2017 At 8:49 AM

L’agence de notation américaine Moody’s vient d’abaisser la note souveraine de la dette libanaise, de B2 à B3, tout en relavant sa perspective de « négative » à « stable ». Une première dégradation pour le Liban depuis 2014.

Le weekend dernier, l’agence de notation Moody’s s’est alignée sur Standard & Poor’s et Fitch qui avaient déjà dégradé la note libanaise en 2013, et en 2016.

L’agence de notation justifie sa décision par la hausse continue de la dette. Elle devrait atteindre 140% du PIB en 2018, contre 121% en 2011, si l’État ne parvient pas à contrôler ses dépenses et réduire son déficit budgétaire. Ce dernier a atteint un niveau record en 2016, à 4,94 milliards de dollars, (+ 25,1% en un an). Fin juin, la dette publique avait atteint 76,1 milliards de dollars (+4,9 % en un an et +2,1 % depuis fin 2016).

C’est un avertissement pour presser le gouvernement de relancer le processus de réforme fiscale en réduisant ses dépenses. Si les autorités parviennent à réduire la dette publique ainsi que le déficit de la balance courante, Moody’s précise qu’elle pourra relever le note du pays du Cèdre.

Les analystes de Moody’s ont jugé la perspective « stable » grâce au consensus Politics atteint fin 2016 et qui a permis de rétablir le fonctionnement des institutions et attirer des dépôts bancaires. De plus, le pays a su démontrer dans le passé qu’il était capable d’honorer le service de sa dette dans des « conditions difficiles ».

Selon l’agence américaine, pour assurer sa stabilité financière, le Liban aurait besoin que les dépôts bancaires augmentent de 9 milliards de dollars cette année. Alors qu’ils avaient déjà augmenté de 5,5 milliards de dollars à fin juin (à 167,7 milliards de dollars ; +8,5% en un an).

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’News économique au Liban :