Le risque d’effondrement du Liban est réel. La situation est grave
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #Institutions #Politique #LIBAN
Denys Bédarride
vendredi 17 juillet 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 17 Juillet 2020 à 07:13

La commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat (France) , présidée par Christian CAMBON a auditionné Jean-Yves Le DRIAN, le ministre de l’Europe et des affaires étrangères de la France. Le président de la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat souligne le risque d’effondrement du Liban.

 

« la prise de conscience, par les acteurs politiques libanais, du risque d’effondrement [était] très insuffisante ».

Les négociations avec le FMI, en vue de la mise en place de réformes, étaient désormais rompues, après plusieurs réunions. L’engagement des réformes était pourtant une condition mise par le Groupe des amis du Liban pour apporter leur aide.

On assistait par ailleurs à une re-confessionnalisation des manifestations, avec un risque majeur de dérives. « Plus vite les autorités libanaises prendront les premières mesures de réforme, mieux ce sera » a déclaré Jean-Yves Le DRIAN.

Il a annoncé son prochain déplacement au Liban, tout en précisant que la solution des difficultés ne pourrait venir que des autorités libanaises elles-mêmes, qui devaient prendre en main leur destin et assumer leurs responsabilités.

A l’issue de cette audition, Christian CAMBON a déclaré: « La situation au Liban est très grave. Dans ce pays qui a traversé tant d’épreuves, c’est vrai que la population est d’un courage et d’une résilience admirables. Mais le risque d’effondrement économique et financier est désormais réel. La France sera naturellement très mobilisée pour aider le Liban, pays qui nous est très cher. Mais il faut pour cela que les Libanais convergent avec le FMI sur les réformes qui sont indispensables ».

 

Source Sénat France

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *