Algérie: La loi des finances 2018 mise sur le développement humain
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #Economie #EnDirectDe #ALGERIE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 2 juin 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 2 Juin 2017 à 16:33

Dans le cadre de la planification de la loi des finances 2018, le ministre du commerce Ahmed Saci oriente la stratégie de dépenses publiques vers une réduction des importations algériennes. L’objectif est clair : favoriser le potentiel qualitatif et quantitatif de la production nationale.

La loi des finances 2018 devrait porter sur l’instauration d’un cadre légal et normatif plus rigide en matière d’importations de biens et services en provenance de l‘étranger comme le préconise Mustapha Mekideche, vice-président du conseil national économique et social.

Le ministre insiste cependant sur la nécessité de veiller à ce que la réduction des importations ne pèse pas négativement sur l’économie algérienne. L’objectif est de dégager un excédent de la balance des paiements nationale suffisant pour générer les ressources nécessaires au financement du développement humain.

Un développement en marche depuis une décennie

Par cette loi, le pays souhaite ainsi développer un sentier de croissance pérenne et augmenter la croissance potentielle. Pour cela, plusieurs secteurs clés deviennent prioritaires : santé, éducation, logement devront être stimulés pour améliorer les conditions de vie de la population, un gage de développement humain pour le pays.

Dès la fin de la guerre civile des années 1990 jusqu’en 2015, l’IDH (indice de développement humain) qui prend en compte les performances en termes d’éducation, de santé, et de parité de pouvoir d’achat a progressé de 29% en Algérie s’établissant à 0,745 en 2015 (le maximum étant de 1).

Un partenariat avec l’Union Européenne

 

Une évolution positive pour l’Algérie qui souhaite donc maintenir son cap et s’émanciper de la dépendance de ses exportations pétrolières. Les efforts ne sont donc pas vains d’autant plus que ce n’est pas la première mesure visant à développer l’économie algérienne.

Le gouvernement s’appuie de plus en plus sur son commerce intérieur et extérieur, des partenariats avec de grandes puissances économiques telles que l’Union Européenne dans le cadre de sa transition énergétique, le développement du tourisme…Cette décision s’inscrit donc dans le cadre d’un défi de long terme et le travail est loin d’être achevé.

 

Pour en savoir plus sur l’Algérie, découvrez notre vidéo inédite:

 

 

 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *