L’Algérie défriche le terrain de la planche à billets !
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #ALGERIE
Kheireddine Batache
mardi 10 octobre 2017 Dernière mise à jour le Mardi 10 Octobre 2017 à 12:59

Adoptée à la majorité par l’Assemblée Populaire Nationale (APN) le 8 octobre 2017, la nouvelle loi sur la monnaie et le crédit permettra au trésor public d’emprunter auprès de la Banque centrale algérienne. Obéissant à un système bicaméral, le parlement algérien devra également se prononcer par la voie de sa chambre haute avant que le nouveau texte devienne officiel.

Hémicycle de l’Assemblée Nationale Populaire d’Algérie.

C’était un secret de polichinelle ! Le recours à la création de monnaie fiduciaire est en train de voir le jour en Algérie. En effet, un amendement de la loi sur la monnaie et le crédit a permis l’introduction de l’article 45 bis stipulant que « la Banque d’Algérie procède (…) à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l’achat directement auprès du Trésor, de titres émis par celui-ci ». Avant d’ajouter que cela participera au « financement de la dette publique interne » et au « financement du Fonds National d’Investissement (FNI)

Cela étant dit, la nouvelle loi n’empêche pas l’introduction de réformes budgétaires et économiques structurelles visant, à moyen terme, de rétablir l’équilibre de la trésorerie de l’état et l’assainissement des comptes publics. 

Il n’en demeure pas moins qu’au delà de la question juridique, l’Algérie devra de facto faire face aux conséquences évidentes du recours à ce type de procédés financiers, dits ‘non conventionnels’ parmi lesquelles, l’inflation ! Connue également sous le terme très technique d’assouplissement quantitatif, il s’agit plus concrètement de la perte systématique du pouvoir d’achat de la monnaie suite à l’augmentation de la masse monétaire. Jusqu’ à juin dernier, elle s’était établie à 6,5%

N’ayant pas caché leur inquiétude, beaucoup d’économistes algériens ont exprimé leurs doutes quant à l’activation imminente de la planche à billet. En effet, ils préconisent le recours à d’autres méthodes jugées plus saines et moins contraignantes, tel que la finance islamique

Rappelons tout de même qu’un décret présidentiel est nécessaire à l’application de cette loi qui donnera lieu à la création d’un organisme spécialiste en la matière.   

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Algérie :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *