Quand Internet ne favorise pas les startups égyptiennes
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Ecomnews Med Redaction
jeudi 12 octobre 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 12 Octobre 2017 à 15:49

L’Egypte est citée comme l’un des pays les plus favorables à la création de startups. Pourtant, la lenteur d’Internet mine sévèrement la compétitivité locale.

Internet : les lenteurs minent la compétitivité des startups locales

Au cours des dernières années, le dynamisme de la jeunesse égyptienne a fait du pays un des principaux pôles de l’entrepreneuriat dans la région MENA. En effet, l’Egypte, première destination pour investir en Afrique (classement Rand Merchant Bank), est aujourd’hui considérée comme l’un des principaux centres de création de start-up au monde. Paradoxalement, la qualité du débit de connexion reste insatisfaisante, au mieux. Pour de nombreux patrons, c’est un véritable calvaire qui mine la compétitivité.

L’Égypte : 146e (sur 150) pour la vitesse à large bande

En effet, si le pays des Pharaons est perçu aujourd’hui comme une des meilleures destinations pour lancer sa startup, la lenteur et les coûts élevés d’internet freinent bien souvent les ardeurs des porteurs de projet. Une étude d’Ookla, société d’analyse de données basée aux États-Unis, a classé l‘Égypte 146e pays sur 150 pour la vitesse à large bande. Un palmarès qui résume tout le calvaire que vit actuellement Mohammed Helmy, responsable des opérations pour Elves, startup qui mobilise le web pour livrer des produits et réaliser des prestations de service à la personne : « Nous sommes confrontés à de nombreux problèmes avec Internet en Egypte. Les entreprises sont vraiment mauvaises, le service client est terrible et ils ne comprennent pas combien Internet est important pour nous », a-t-il déploré à nos confrères de Bawaba News.

Des coûts élevés et une concurrence limitée non favorables au lancement d’une nouvelle idée

Malgré le service lent, les prix restent élevés. Les lignes appartiennent quasiment toutes à l’État qui les loue à des revendeurs tels que Vodafone et Orange, à taux fixe. Les coûts élevés et la concurrence limitée rendent ainsi la vie difficile à ceux qui ont de grandes idées en Egypte. Pendant ce temps, les meilleures ressources sont attribuées aux grandes entreprises internationales. C’est notamment le cas de la connexion par fibre optique. Comme Helmy, les patrons des jeunes pousses espèrent des actions concrètes du gouvernement dans ce sens.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Egypte :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *