no_picture
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #Economie #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #ISRAEL
Yoann Hervey
jeudi 28 avril 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 28 Avril 2016 à 09:55

La nouvelle baisse de la production industrielle israélienne a contraint le gouvernement de l’Etat Hébreux à venir apporter son aide à un secteur de plus en plus en difficulté.

Depuis un an, un constat s’impose : l’industrie israélienne est atone. La nouvelle année n’y a rien changé puisqu’en janvier dernier, le secteur a dû accuser le coup d’une nouvelle baisse de 3,5% de sa production. En un an, l’industrie s’est contractée de 1,2%. Les investissements, quant à eux, se sont effondrés de 3,2% en 2015 après une première baisse de 2,8% en 2014.

Face à cette situation, le gouvernement a décidé d’agir pour venir en aide à ce secteur phare de l’économie israélienne. Les patrons d’entreprises, conscients du problème à venir, s’étaient d’ailleurs préalablement mobilisés en lançant un appel aux responsables politiques. Si celui-ci semble aujourd’hui avoir été entendu, certains observateurs estiment que cette aide intervient trop tard et apparaît déjà comme insuffisante.

98 millions d’euros débloqués

D’ici quelques jours, Israël débloquera une enveloppe de 265 millions de shekels, soit environ 62 millions d’euros. Celle-ci sera rapidement mise à la disposition des principaux intéressés et plus particulièrement du ministère de l’Economie dont l’objectif immédiat est la relance des exportations, la reprise des investissements, l’accroissement de la productivité et l’intensification de la recherche et du développement

Le ministère des Finances n’est pas en reste puisqu’il se voit également octroyer une rallonge de 155 millions de shekels (36 millions d’euros) pour encourager le développement industriel au moyen de prêts bonifiés garantis par l’Etat.

Au total, cette aide gouvernementale s’élève donc à 98 millions d’euros, l’équivalent de 420 millions de shekels.

Stopper les délocalisations

Si l’aide financière s’avère plus que nécessaire quand il s’agit de voler au secours des industries de son pays, elle n’est pas le seul remède possible au mal qui les ronge. C’est pourquoi le gouvernement de l’Etat Hébreu va également modifier la loi sur l’Encouragement des Investissements pour rendre plus attractifs les investissements en Israël et donc favoriser l’emploi local.

Autre objectif avoué de cette modification législative : freiner les délocalisations et la baisse de créations d’entreprises à l’étranger. Depuis une demi-décennie, ces dernières se sont effondrées. Pour preuve, 10 entreprises de plus de 20 salariés ont été créées en Israël en 2014. Elles étaient 45 en 2009. 

A lire également :

Israël : la banque centrale dresse le bilan économique de l’année 2015

Un accord de coopération économique signé entre le Japon et Israël

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *