Le spécialiste marocain de l'eau minérale L.E.M.O s'implante au Bénin
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Selim Ben Taziri Rosa
vendredi 9 septembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 9 Septembre 2016 à 09:47

L’industrie de l’eau embouteillée au Maroc est dominée par la société Les Eaux Minérales d’Oulmès. Cette dernière s’en prend à présent au marché Béninois en achetant des participations importantes.

La filiale Oulmés du groupe familial marocain Holmarcom s’implante au Bénin suite à la prise de contrôle de la société Eau Technologie Environnement (E.T.E). Cette acquisition stratégique de 55% de son capital a pour objectif, l’internationalisation de la filiale dans le marché subsaharien.

Cette opération menée par le marocain Les Eaux Minérales d’Oulmés (L.E.M.O) le 17 août dernier, a repris l’entière participation (45.7%) du Cauris croissance. LEMO a également repris celles du fondateur et directeur général de E.T.E, Christian Mondjannagni qui détenait 9,3% du capital de la société.

Fusion entre deux leaders nationaux

La société ETE revendique sa position de leader Béninois avec 30% des parts de marché. Elle produit et commercialise de l’eau minéral, gazéifiée et des boissons gazeuses. Elle s’occupe elle-même des forages, du pompage, traitement, distribution et désinfection de son eau.

LEMO représente 68% de la part du marché marocain dans la production d’eaux minérales. Il dispose de trois sites de production avec quatre marques déposées (Oulmés, Bahia, Aïn Atlas et Sidi Ali).

Suite à la cession de ses participations, le capital investisseur Cauris Management exprime sa satisfaction en indiquant qu’il a réalisé, en plus de 8 ans (2007-2016) « un retour sur investissement cumulé représentant 3,4 fois le montant initial investi ».

Le PDG de Cauris Management, Noël Yawo Eklo s’exprime concernant l’avenir de ETE : « Nous restons confiants quant à l’avenir et au potentiel de ETE qui, nous en sommes convaincus, deviendra rapidement un champion sous régional dans le secteur des eaux minérales embouteillées ».

La filiale d’Holmarcom a réalisé un chiffre d’affaires de 1.35 milliard de dirhams (122.7 millions d’euros) soit une progression de 10% en un an.

Avec cette nouvelle acquisition sub-saharienne, le groupe marocain s’impose dans un tout nouveau marché et vise à conquérir les pays limitrophes dont le Niger, le Burkina Faso et le Togo.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *