L’entreprise Merck subventionne les recherches sur la sclérose en plaques d’une équipe israélienne
#ASavoir #Actualite #AideAuxEntreprises #BonsPlans #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #ISRAEL
Ecomnews Med Redaction
lundi 14 novembre 2016 Dernière mise à jour le Lundi 14 Novembre 2016 à 14:43

Forte de ses avancées dans le domaine de la santé, une équipe de l’université hébraïque de Jérusalem reçoit une subvention de la part de la société Merck pour développer les recherches sur la sclérose en plaques.

La société Merck a attribué un million d’euros à quatre équipes de recherche sur la sclérose en plaques, dont une équipe scientifique de l’université hébraïque de Jérusalem spécialisée dans ce domaine.

Une subvention de la Merck méritée par l’équipe israélienne

Le financement a été annoncé lors du 32ème congrès du comité européen pour le traitement et la recherche sur la sclérose en plaque (ECTRIMS) qui s’est tenu du 14 au 17 septembre derniers à Londres.  

L’entreprise Merck, spécialisée dans les domaines des soins de santé, des sciences de la vie et des matériaux de performance distribuera sa subvention aux équipes de recherches du Royaume uni, d’Espagne, du Qatar et d’Israël en collaboration avec l’Allemagne et le Canada. Ce projet fait partie des 260 projets de recherches soumis par 45 pays en 2016. 

Le financement de l’université hébraïque de Jérusalem a pour objectif de développer la recherche israélienne menée par le Professeur Yuval Dor, qui propose de mettre au point un nouveau type de diagnostic de la sclérose en plaques, consistant à détecter des traces de la mort des oligodendrocytes dans le sang.

Le professeur Benjamin Glaser, Chef de l’Unité d’Endocrinologie à Hadassah, le Docteur Ruth Schemer et le Professeur Yuval Dor de l’Université Hébraïque de Jérusalem, ont dirigé une équipe internationale afin de mener à bien l’étude s’intitulant « Identification de la mort cellulaire de tissu spécifique par l’utilisation des profils de méthylation de L’ADN circulant ».

Un grand pas scientifique dans la lutte contre la sclérose en plaque en Israël

Les chercheurs ambitionnent à travers le développement des recherches, d’utiliser la méthode comme un test clinique de routine afin de détecter plus facilement et plus tôt, l’apparition de sclérose en plaques et autres pathologies comme le cancer.

Selon Steven Hildemann, chef de la sécurité médicale et médicamenteuse mondiale, ces projets mettent en avant les recherches de pointe menées par les équipes de « Subvention pour l’innovation en matière de sclérose en plaques », GMSI qui visent à traiter les maladies, à réparer les dommages causés par la maladie et à trouver de nouvelles découvertes qui pourraient un jour aider à la prévenir. 

La sclérose en plaques touche le système nerveux central, plus particulièrement le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. Les symptômes sont très variables selon les personnes et l’avancée de la maladie.  

Les patients atteints de la maladie se plaignent généralement de troubles de la vision, moteurs, sensitifs, cognitifs et sphinctériens ainsi qu’une fatigue atroce. A l’échelle mondiale, 2.3 millions personnes sont atteintes de la maladie

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *