Vers un emprunt en devises auprès des Tunisiens à l’étranger
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #Emploi #EmploiFormation #Entreprises #Politique #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 5 septembre 2018 Dernière mise à jour le Mercredi 5 Septembre 2018 à 08:52

Le gouverneur de la BCT a récemment annoncé la création d’un comité de réflexion sur le lancement d’un emprunt auprès de la diaspora tunisienne.

La première édition du Middle East Mediterranean (MEM) Summer Summit Forum s’est tenue en Suisse les 25 et 26 août derniers, avec la Tunisie comme invitée d’honneur. Cet événement, qui a discuté les nouveaux modèles économiques durables, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Marouane EL Abassi, a préconisé le lancement d’un emprunt en devises auprès de la diaspora tunisienne. Le point avec Ecomnews Med.

Une décision pour faciliter la mobilité des jeunes Tunisiens

L’idée a été émise en marge de la première édition du MEM Summer Summit, à Lugano, en Suisse. Pour trancher, un comité de réflexion a été mis en place au sein de la Banque centrale de Tunisie (BCT), avec également l’objectif d’examiner les meilleures voies pour développer les produits d’épargne destinés à la diaspora.

Pour Marouane El Abassi, gouverneur de la BCT, cette mesure devrait favoriser la mobilité des jeunes Tunisiens, notamment les entrepreneurs et les porteurs de projet, à l’heure où le pays a besoin de leviers de croissance. Il a également insisté sur la nécessité de stabiliser davantage l’économie nationale tout en poursuivant les différentes reformes économiques et sociales, aussi impopulaires soient-elles.

Garantir un meilleur financement des projets portés par les jeunes

El Abassi a par ailleurs mis l’accent sur l’importance de développer les Investissements Directs Etrangers (IDE) pour offrir aux jeunes tunisiens un meilleur financement des projets (notamment innovants) et la possibilité d’accéder à un marché plus large.

Il faut dire que la Tunisie, comme ses voisins maghrébins, souffre d’un chômage endémique, notamment auprès des 18 – 35 ans (environ 35%). Enfin, des passerelles régionales, méditerranéennes, mais aussi vers l’Europe et l’Afrique subsaharienne devraient permettre de multiplier les débouchés des biens et services produits par les entrepreneurs tunisiens.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *