Tunisie : Table ronde autour de la gouvernance du secteur énergétique
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 21 décembre 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 21 Décembre 2018 à 10:08

La décroissance continue de la production énergétique et la croissance soutenue de la consommation ont fait de la Tunisie un pays énergétiquement déficitaire depuis plus de 20 ans. C’est dans ce contexte que l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) a organisé, en collaboration avec la fondation allemande Konrad Adenauer-Stiftung (KAS), une table ronde autour de la gouvernance et l’avenir du secteur. Retour sur les faits marquants de l’événement avec Ecomnews Med.

Comme dans tous les pays en développement, la question des ressources énergétiques connait des prolongements économiques et sociaux en Tunisie, à fortiori avec la volatilité du prix du baril. Ainsi, le déficit de la balance énergétique représentait 33,2% du total du déficit de la balance commerciale, pour les 4 premiers mois de 2018. Cette situation a poussé la Banque centrale de Tunisie (BCT) à tirer la sonnette d’alarme.

La table ronde organisée au siège de l’UTICA portait justement sur la gouvernance du secteur de l’énergie. Hatem Gafsi, représentant de la fondation KAS, a expliqué que l’énergie ne devait pas être l’obstacle de la prospérité de la Tunisie et de sa démocratie naissante, en dépit des « nombreuses difficultés à surmonter ». M. Gafsi a par la suite détaillé le modèle allemand de gouvernance des ressources énergétiques et invité les décideurs tunisiens à s’en inspirer.

Que faire face au déficit croissant de la balance énergétique ?

Le constat a été fait par Ali Kanzari, Président de la chambre syndicale nationale photovoltaïque de l’UTICA, lors de son intervention consacrée au bilan des programmes de maîtrise de l’énergie (mis en place en 1980) et de transition énergétique.

Il a surtout insisté sur l’importance des enjeux et des défis à relever, « d’autant que la Tunisie va connaître un problème de tarissement de ressources classiques et qu’elle doit s’orienter vers les énergies renouvelables ». Pour M. Kanzari, l’Etat va devoir prendre le taureau par les cornes pour éviter toute crise sociale émanant de la hausse des prix en œuvrant pour la maîtrise des coûts, pour le renforcement des capacités de production de l’énergie renouvelable et pour la promotion du partenariat public privé.

Il a enfin appelé l’Etat à procéder à la relecture du cadre légal et administratif qui régit ce secteur pour laisser plus de place à l’innovation.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *