L’aéroport Marseille-Provence continue de tisser sa toile en Méditerranée
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BonsPlans #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #ALGERIE #MAROC #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 23 janvier 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 23 Janvier 2019 à 09:33

9,4 millions de voyageurs ont foulé le tarmac de Marseille-Provence en 2018 positionnant la plateforme au quatrième rang des aéroports régionaux avec une progression de 4,3%. La plate-forme occupe également le podium des aéroports de province et de Méditerranée occidentale pour le fret express.

 

La clientèle internationale représente 60 % des 9,4 millions de voyageurs comptabilisés sur l’aéroport Marseille-Provence en 2018. « Istanbul est passé de la 10e à la 8e place grâce au développement de Turkish Airlines et de Pegasus », précise Julien Boullay.

Le directeur marketing de l’aéroport, qui entend développer les lignes point à point dans le bassin Méditerranéen, s’appuie sur le décollage de Volotea qui, depuis l’ouverture de sa base en 2018, enregistre une croissance de 78,3 %.

En quelques mois, elle s’est hissée au 9ème rang des compagnies fréquentant Marseille-Provence. Parmi les onze ouvertures de lignes de la compagnie catalane en 2018 : Héraklion, Corfou, Mykonos, Lanzarote, Fuerteventura.

A la découverte des Pouilles et de Ouarzazate

Et cette année, Volotea proposera aux Provençaux la découverte de la région des Pouilles et le sud de l’Italie en se posant à Bari et à Naples. 

L’ouverture de la base Ryanair sur le tarmac phocéen en 2019 offrira de nouvelles destinations méditerranéennes vers le Maroc (Agadir, Ouarzazate) ainsi qu’à Bologne et Naples. La compagnie Sun Express desservira cette année la ville balnéaire d’Izmir au départ de Marseille étoffant le réseau vers la Turquie.

L’introduction de 25 SAS Parafe et leur adaptation à la reconnaissance faciale devrait par ailleurs réduire le temps de passage des frontières à 18 secondes. Des parafes accessibles à 32 nationalités et aux personnes majeures.

« Avec 56 695 tonnes, nous enregistrons un nouveau record avec une progression de 1% en 2018 du fret. Nous sommes le premier aéroport régional français et de Méditerranée occidentale pour le fret express », se félicite Julien Boullay. L’express concentre à lui seul 90% du fret avionné de la plate-forme et progresse de 0,9 %  en 2018 avec 50 443 tonnes. 

 © NBC

 

L’Algérie, première destination fret 

Totalisant 6 252 tonnes en 2018, le fret traditionnel marque une hausse de 1,4% et se développe grâce au dynamisme de plusieurs compagnies aériennes. L’Algérie, première destination fret, marque un repli de 8,5% avec 1 905 tonnes dont 1 353 tonnes transportées par avion tout cargo vers Hassi Messaoud. Fret aérien en hausse de 34% grâce au développement de Turkish Airlines.

« Les soutes des avions passagers bénéficient au fret. Pegasus Airlines a vu son trafic progresser de 61% et EL AL de 55% », complète Julien Boullay.

Sur les 435 tonnes de denrées périssables traitées par Aérofrigo en 2018, 85 tonnes de basilic et 20 tonnes de poissons d’ornement importés d’Israël, 140 tonnes de poissons et de crustacés provenant d’Algérie, de Tunisie et du Maroc et 120 tonnes d’exportation de produits pharmaceutiques et 70 tonnes d’importations diverses.

 

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *