Comment l’Egypte va continuer d’investir sur son passé pour relancer le tourisme
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #EGYPTE
Karl Demyttenaere
jeudi 28 janvier 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 28 Janvier 2016 à 17:31

Dans un climat sécuritaire tendu, les autorités égyptiennes cherchent à faire revenir les touristes au pays des pharaons. Pour cela, elles veulent mettre en valeur son riche passé.

Pour attirer les visiteurs, l’Egypte peut s’appuyer sur les innombrables vestiges et trésors laissés par une brillante civilisation.

Des traces du passé très médiatisées comme en témoignent les nombreuses annonces du ministre actuel des Antiquités Mamdouh Mohammed Eldamaty, comme l’a mise en avant de l’étude au radar de la tombe de Toutankhamon afin d’en percer les mystères.

Des infrastructures… pharaoniques

Dans la capitale du pays, deux nouveaux musées ultra-modernes sont appelés à ouvrir leurs portes très prochainement : le Grand Egyptian Museum (GEM) et le National Museum of Egyptian Civilization (NMEC).

Au total, les deux établissements présenteront dans des conditions de conservation optimales près de 200 000 objets sur 150 000 mètres carrés d’exposition. On retrouvera également dans les musées des salles de conférences et de projections.

Un musée subaquatique, encore à l’état de projet pour le moment, pourrait également voir le jour (voir notre article) mais à Alexandrie cette fois.

Valoriser le passé, impopulaire au présent ?

Malgré les récents troubles internes, la valorisation du patrimoine historique national, source de fierté pour les égyptiens, semble faire consensus au sein de la société.

Néanmoins, la situation économique difficile met d’autant plus en avant le coût de ces réalisations, plutôt destinés à accueillir des visiteurs étrangers, parfois jugé excessif.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *