Les pays de la Méditerranée champions... de la corruption !
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #Politique
Yoann Hervey
vendredi 29 janvier 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 29 Janvier 2016 à 10:06

Selon une étude publiée mardi 26 janvier par l’ONG Transparency International, les pays du pourtour méditerranéen restent mal classés en matière de corruption.

L’Organisation Non Gouvernementale Transparency International, basée à vient de rendre publique sa 21ème édition de l’Indice de perception de la corruption.

En 2015, sur un classement qui regroupe 168 pays, aucune monarchie constitutionnelle, république ou autre démocratie parlementaire de la Méditerranée ne figure sur les vingt premières marches du podium. 

Algérie, Maroc, Egypte ex aequo

Dans ce classement, l’Egypte, l’Algérie et le Maroc arrivent tous à la 88ème position avec une note de 36/100.

L’association Algérienne de Lutte contre la Corruption (AACC) estime dans un communiqué publié sur sa page Facebook que l’Algérie « n’enregistre aucun progrès en matière de lutte contre la corruption ».

Le pays avait en effet déjà obtenu le score de 36/100 en 2014 et 2013. Et de rajouter que « ce très mauvais score confirme l’absence de volonté politique du gouvernement algérien » et que « la ratification par l’Algérie en 2004 de la Convention des Nations Unies contre la corruption et la promulgation de la loi du 20 février 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption n’auront servi à rien ».

Transparency International met l’accent sur les résultats de plus en plus mauvais du Maroc et de la Tunisie. Le Royaume de Mohammed VI a en effet chuté de huit places par rapport au précédent classement édité en 2014, classement qui comprenait 7 pays de plus que celui de cette année. A noter que selon Transparency International, le Liban arrive 123ème.

France et Israël, bons éleves

L’Espagne fait partie d’un des cinq pays au monde où la situation s’est le plus dégradée ces quatre dernières années. Quant à la France et Israël, elles font figure de bon élève puisqu’elles arrivent respectivement en tête des pays méditerranéens les moins corrompus.

Des critères clés

Selon l’ONG allemande, les pays en tête de classement partagent des caractéristiques clés :

– des niveaux élevés de liberté de la presse ;

– un accès aux informations budgétaires permettant au public de savoir d’où vient l’argent et comment il est dépensé ;

– des niveaux élevés d’intégrité parmi les personnes au pouvoir ;

– des systèmes judiciaires qui ne font pas de distinction entre les riches et les pauvres, et qui sont véritablement indépendants des autres organes de l’État.

Outre le conflit et la guerre, une mauvaise gouvernance, la faiblesse des institutions publiques telles que la police et le système judiciaire, et un manque d’indépendance dans les médias caractérisent les pays les moins bien classés.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *