La France contribue à la modernisation des circuits commerciaux en Tunisie
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Collectivites #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique #TUNISIE
Yoann Hervey
vendredi 12 février 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 12 Février 2016 à 14:55

Dans le but de lutter contre les commerces anarchiques, l’Etat français finance un programme de lutte contre les marchés informels en Tunisie.

Dans le cadre de sa modernisation commerciale, la Tunisie a initié, en partenariat avec l’Agence française de développement, un programme de mise à niveau des circuits de distribution des produits agricoles et de la pêche.

Le but de ce programme est de contrôler les prix et de garantir les approvisionnements réguliers des marchés en denrées alimentaires fraîches.

Pour rappel, en Tunisie, la distribution de la production agricole et de la pêche est assurée par le secteur public – les collectivités locales. Le secteur privé dispose lui du monopole de la totalité des circuits de distribution des produits avicoles et de la grande et moyenne distribution.

Lutte contre la contrebande et inauguration future d’un marché au gros

Lors d’une visite de travail du ministre tunisien du commerce, Mohsen Hassan, au gouvernorat de Bizerte, au nord du pays, ce dernier a expliqué que les commerces anarchiques constituaient « un phénomène national qui nécessite une mobilisation commune et un traitement urgent » tout en soulignant que 50% des produits commercialisés le sont dans des circuits informels.

En ce qui concerne la contrebande, le ministre a indiqué que l’économie tunisienne ne pourrait plus supporter ce phénomène. Il a, en outre, rajouté que la réunion de la commission nationale de lutte contre la contrebande serait organisée le 16 février en vue d’établir une stratégie nationale.

Après avoir rencontré les commerçants du souk de Slaheddine Bouchoucha et du marché aux poissons de Bizerte, le ministre du commerce a visité le chantier du marché au gros de Menzel Bourguilba dont l’inauguration est prévue le 20 février.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *