L'étonnant succès du chocolat libanais à l'export
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #LIBAN
Yoann Hervey
vendredi 19 février 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 19 Février 2016 à 10:06

Valeur sûre de l’économie libanaise, le chocolat séduit depuis de nombreuses années une clientèle venue des pays du Golfe. Arabie saoudite, Jordanie, Qatar en importent des centaines de tonnes chaque année.

Les chiffres des douanes parlent d’eux-mêmes : 502 tonnes exportées en Jordanie, 484 tonnes au Qatar, 320 tonnes aux Emirats arabes unis et 202 tonnes au Koweït et, 1 496 tonnes à l’Arabie saoudite, un record. A eux seuls, les pays du Golfe achètent 81% du volume des exportations de chocolat libanais.

« Personne dans l’industrie ne pourrait survivre s’il n’exportait pas vers le Golfe » explique Liliane Hayek, responsable de la qualité chez Pralino, une chocolaterie libanaise qui exporte 90% de sa production vers la région.

S’adapter au marchés locaux

Le franc succès de ces exportations est principalement dû à la capacité des industriels du chocolat libanais à adapter leur production aux goûts et demandes des consommateurs du Golfe.

« Les chocolats sont fourrés avec du ghazl el-banate (une sorte de barbe-à-papa, NDLR) et du cheesecake, par exemple, alors que les producteurs européens utilisent plutôt des amandes et des noisettes » souligne Chadi Habbal, directeur des opérations chez le chocolatier saoudien Rose Sweets qui importe son chocolat du Liban.

Des coûts de transports élevés

Tout n’est pourtant pas rose pour ce secteur de l’économie libanaise. La récente fermeture du poste frontière syro-jordanien de Nassib en avril oblige les industriels à exporter leurs produits par voies aériennes, ce qui représente un coût supplémentaire pour les chocolatiers libanais et des difficultés d’approvisionnement pour les importateurs du Golfe.

Autre problème rencontré par les chocolatiers libanais : les fréquentes pannes d’électricité qui entrainent une augmentation des coûts de production.

« En moyenne l’électricité représente 15% de nos coûts » détaille Mohammad Dandan, responsable marketing du producteur de chocolat Souchet.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *