L’Egypte mobilise des entreprises européennes expertes en télécommunications
#ASavoir #AvisDExperts #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #EGYPTE
Karl Demyttenaere
vendredi 26 février 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 26 Février 2016 à 16:01

Depuis 2003, l’Egypte dispose d’un système d’interception légale des communications. Les autorités du Caire auraient fait appel à de nombreuses sociétés du Vieux Continent pour ses logiciels de sécurité.

La révolution en Egypte (voir notre article) a révélé l’importance des télécommunications pour les mouvements d’opposition. Le pays disposerait d’un système d’interception des communications, s’appuyant sur une loi existant depuis 2003.

Nokia Siemens Network aurait fourni ce système, selon un récent rapport de PI (Privacy International, ONG de défense de la vie privée et de lobbying contre la surveillance gouvernementale illégale), à une date inconnue, vraisemblablement en 2010 ou 2011.

Un secteur secret 

En 2015, la société italienne Hacking Team aurait négocié la vente de centaines de ses logiciels. Ceux-ci permettent, avec un cheval de Troie, d’accéder à l’appareil informatique (ordinateur, téléphone portable) de la cible et de commander à distance micro et caméra. Ce contrat avait été alors estimé à 2,4 millions d’euros.

D’après plusieurs sources, il ne s’agit pas d’un coup d’essai pour les autorités égyptiennes. Puisqu’elles auraient également travaillé sur des logiciels de Fin-Fisher, entreprise anglo-allemande, qui fonctionnent comme ceux de Hacking Team.

Malgré les travaux de l’ONG, il reste difficile de déterminer combien d’entreprises européennes spécialisées dans ce domaine sont présentes au pays des Pharaons, étant donné le caractère sensible du marché.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *