no_picture
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #ISRAEL
Yoann Hervey
lundi 29 février 2016 Dernière mise à jour le Lundi 29 Février 2016 à 08:04

La firme américaine Oracle vient d’annoncer le rachat de la jeune pousse israélienne Ravello Systems pour la somme de 500 millions de dollars.

 

Le groupe californien Oracle est sur le point de signer sa seconde acquisition de l’année. Après s’être emparé en janvier 2016 du spécialiste du social bookmarking AddThis – entreprise dédiée à la création de système de boutons de partage, de boutons de suivi, etc… –, la firme de Redwood Shore vient de négocier pour un demi milliard de dollars le rachat de Ravello Systems. 

Ce pionner de la virtualisation et des plates-formes de machines virtuelles propose également des solutions au problème de migration des entreprises sur le cloud

Sur le blog de la société, Rami Tamir, co-créateur de la société et actuel CEO (Chief executive officer) explique que les équipes de Ravello vont rejoindre la division « Public Cloud » du groupe créé par Larry Ellison, et plus précisément l’entité IaaS dans le but de développer de nouveaux produits et services.   

Le but de cette acquisition est de mieux concurrencer Microsoft Azure et Amazon Web Services. Pour rappel, Microsoft s’est emparé d’Adallom, une société israélienne spécialisée dans la sécurité sur le cloud – point fort de la Silicon Wadi avec l’informatique en nuage – pour la somme de 320 millions de dollars.

Ravello Systems en bref

La jeune pousse Ravello a été créée en 2011 à Palo Alto par les serials entrepreneurs Rami Tamir et Benny Schnaider et possède une antenne à Ra’anana en Israël. Elle emploie près de 70 salariés et compte parmi ses clients des entreprises comme Arista, Brocade, Red Hat, SUSE, McAfee et Symantec.

Depuis sa création, elle a levé 54 millions de dollars dont 28 millions lors de son dernier tour de financement ayant rassemblé Qualcomm Ventures, SanDisk Ventures, Sequoia Capital, Bessemer Venture Partners, Norwest Venture Partners et Vintage Investment Partners.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *