Selon le FMI, la Tunisie doit revoir son modèle de développement
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Institutions #Politique #TUNISIE
Yoann Hervey
mercredi 2 mars 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 2 Mars 2016 à 08:29

Robert Blotevogel, le nouveau représentant du Fonds Monétaire Internationale (FMI) en Tunisie a estimé, dans une interview accordée à l’AFP que la Tunisie devait revoir son modèle de développement si elle veut obtenir l’octroie d’un nouveau plan d’aide de 1,5 milliard d’euros sur quatre ans.

Avec une croissance du PIB de 0,8% en 2015, la Tunisie peine à se relever de difficultés économiques liées à l’effondrement du nombre de touristes suite aux attaques terroristes de ces derniers mois. Et l’année 2016 ne s’annonce guère meilleure pour ce secteur capital de l’économie tunisienne.

Pis, l’agriculture, qui a permis à la Tunisie de ne pas entrer en récession en 2015, ne devrait pas être aussi dynamique en 2016.

C’est pourquoi le nouveau représentant du FMI, Robert Blotevogel, a récemment conclu que « la croissance qui s’annonce en 2016 ne répond pas aux aspirations du peuple tunisien ». Et d’ajouter : « elle n’est pas suffisamment forte […] pour résorber le chômage ». Pour rappel, une personne active sur six est actuellement sans emploi en Tunisie.

Seuls points forts relevé par le FMI, la place de premier exportateur mondial d’huile d’olive, la restructuration des banques publiques et le maintien des grands équilibres macro-économiques.

Réformer

Le FMI vient de demander à la Tunisie de revoir son plan de développement 2016-2020 et de modifier sa politique budgétaire en faveur des populations défavorisées et des régions pauvres.

En ce qui concerne la fonction publique, le FMI estime qu’en l’état, elle « constitue un fardeau lourd pour les dépenses de l’Etat » pour la simple raison que « la hausse importante de la masse salariale depuis 2011 s’est faite au détriment de l’investissement public ».

Mettre en œuvre

Si la Tunisie semble aujourd’hui partager les conclusions du FMI, l’heure est à la définition du calendrier de la mise en œuvre de ces réformes. Si celui-ci est rapidement conclu, la ligne de crédit de 1,5 milliard d’euros pourrait être débloquée dès le 22 avril prochain.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *