Beyrouth accueille un projet original dans le photovoltaïque
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Institutions #LIBAN
Karl Demyttenaere
jeudi 3 mars 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Mars 2016 à 16:15

Début février, ce projet pilote dans le photovoltaïque a été lancé par l’Institut de Recherche Industrielle, à l’Université libanaise de Beyrouth. Avec le soutien financier de l’UE, ce projet mise sur l’intégration directement dans un bâtiment du photovoltaïque.

97% des besoins en énergie du Liban sont couverts pas des achats à l’étranger. Une situation de forte dépendance qui montre combien le pays a un important besoin d’énergies nouvelles et renouvelables, surtout dans un contexte de tensions régionales (voir notre article sur les mauvaises relations avec l’Arabie Saoudite).

Le projet FOSTEr in MED s’inscrit précisément dans une logique de diversification énergétique. Réalisé par l’Institut de Recherche Industrielle sur le campus Hadat de l’Université libanaise à Beyrouth, il utilise les systèmes photovoltaïques intégrés au bâtiment (BIPV), incluant des modules solaires comme éléments architecturaux  (toit, revêtement de façade, élément d’ombrage, parapet…).

Une énergie à consommer sur place

Ce projet FOSTEr in MED est financé par le Programme IEVP CT Med, programme de coopération transfrontalière financé par l’Union Européenne.

C’est le bâtiment lui-même de l’Institut de recherche industrielle qui est l’hôte du projet pilote de 30 kW. Cette énergie est générée directement au point d’utilisation, ce qui va réduire les pertes de distribution et de transmission des réseaux publics d’électricité.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *