Le gisement de Gara Djebilet intéresse les Chinois
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE
superadmin
jeudi 3 mars 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Mars 2016 à 17:03

L’Algérie pourrait s’appuyer sur des partenaires chinois pour exploiter le gisement minier de Gara Djebilet, au sud-ouest du pays, qui nécessitera près de 10 milliards de dollars d’investissements.

Doucement mais sûrement ! L’habit de premier fournisseur étranger de l’Algérie qui importe de l’Empire du milieu pour plus de 8 milliards de dollars (7,3 milliards d’euros) semble trop étroit pour les Chinois. Ceux-ci sont plus que jamais décidés à affermir leurs positions en terre algérienne en y multipliant les investissements.

Après le domaine maritime, avec à la clé la construction d’un grand port de 3,3 milliards de dollars à Cherchell (voir notre article), ils lorgnent maintenant sur le secteur minier algérien en particulier sur le gisement de Gar Djebilat, à Tindouf, dans le sud-ouest algérien.

Négociations lancées

Au sortir d’une rencontre tenue dimanche avec le PDG de la compagnie China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC), Yuan Li, le ministre algérien de l’industrie a fait part de négociations avec les Chinois pour constituer un consortium qui prendra en charge l’exploitation du gisement minier de Gara Djebilet.

« Nous discutons actuellement avec des partenaires chinois pour la mise en place d’un consortium qui regroupera, en plus de la partie algérienne, un technologue métallurgique et un spécialiste du transport ferroviaire chinois pour le lancement de l’exploitation des gisements de Gara Djebilet », a-t-il confié à l’agence officielle APS.

Près de 1000 km de chemin de fer

Selon M.Bouchouareb, ces négociations portent aussi sur « la réalisation d’installations industrielles pour la fabrication d’équipements relevant de la filière ferroviaire tels les équipements de signalisation, de la communication et les pièces de rechange, et ce, en partenariat avec des sociétés algériennes comme la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), Ferovial et Infrarail ».

Il est question aussi de la réalisation d’une ligne ferroviaire qui va relier Gara Djebilet à Abadla, à Bechar, pour l’acheminement des minerais de fer qui y seront extraits.

« Dans la perspective de l’exploitation des ressources minières que renferme le site de Gara Djebilet, nous avons discuté avec nos partenaires chinois du projet de réalisation d’une voie ferrée entre Gara Djebilet à Abadla, sur une distance de 950 kilomètres », a affirmé pour sa part le ministre algérien des Transports, Boudjemaa Talai qui a pris part lui aussi aux négociations.

Un gisement impliquant de gros investissements

En 2014, 4 société publiques algériennes (Sonatrach, Gica , Manal et Sider) ont noué un pacte d’actionnariat en créant la société nationale du fer et de l’acier (Feraal) au capital d’un milliard de dinars (10 millions d’euros) dans le but d’exploiter le gisement de Gara Djebilet. Objectif : une production annuelle de 10 à 12 millions de tonnes à l’horizon 2025.

Mais il faut d’abord concrétiser le projet qui, selon les projections du gouvernement, nécessitera un investissement de 15 milliards de dollars

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *