Egypte : premiers tests concluant pour l'exploitation du plus grand champs gazier de Méditerranée
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Yoann Hervey
mercredi 16 mars 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 16 Mars 2016 à 10:35

La compagnie pétro-gazière italienne Eni vient de réaliser avec succès les tests de son premier puit d’appréciation foré sur le champ gazier du Zohr, le plus grand de Méditerranée, découvert le 30 août 2015.

Six mois après l’annonce faite de la découverte du « plus important gisement gazier jamais trouvé en Méditerranée » baptisé Zohr, Eni, la marque du mystérieux chien à six pattes, vient d’annoncer que les travaux d’essais effectués sur le premier puit d’appréciation Zohr 2X avait permis d’obtenir 44 millions de pieds cubes (1,25 million de mètres cubes) de gaz.

D’ici la fin 2016, trois nouveaux forages devraient être réalisés sur le champ gazier Zohr par Eni, jusqu’ici propriétaire à 100% de la licence d’exploitation Shorouk.

Zohr contiendrait près de 850 milliards de mètres cubes de gaz, soit l’équivalent de 5,5 milliards de barils de pétrole. Situé à 1 450 mètres sous le niveau de la mer, Zohr devrait être exploité grâce à des des équipements et des plateformes déjà présentes en Méditerranée pour réduire les coûts de production.

Une manne pour l’Egypte

Zohr est une manne inespérée pour l’Egypte qui, outre la nécessité de faire face aux terroristes du groupe Etat Islamique, est frappée par une crise économique sans précédent (voir notre article) et par une demande en énergie croissante.

Une découverte qui, selon Claudio Desclazi, le patron d’Eni, est « historique » et qui devrait « transformer le scénario énergétique » de l’Egypte, jusqu’ici dépendante des importations de gaz naturel liquéfié (GNL). Zohr devrait répondre aux besoins énergétiques de ce pays de plus de 85 millions d’habitants. 

Un puits d’appréciation ?

Dans la sphère pétro-gazière, un puits d’appréciation est un puits qui, établi après le forage exploratoire, a pour but d’évaluer le potentiel pétrolier et/ou gazier d’une zone onshore ou offshore où la présence d’hydrocarbures est supposée.

A lire également :

Les Emirats Arabes Unis sollicitent un groupe égyptien pour exploiter leur or noir

Egypte : 6 millions de dollars de contrat pour KS Drilling

Des banques européennes investissent plus d’un milliard d’euros pour l’extension d’une raffinerie

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *