no_picture
#Actualite #BuzzNews #Institutions #Politique #EGYPTE
Yoann Hervey
jeudi 24 mars 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 24 Mars 2016 à 15:16

L’Egypte vient d’annoncer un nouveau remaniement ministériel. Sur fond de lutte contre la corruption, dix nouveaux ministres font leur entrée au gouvernement.

« Dix nouveaux ministres ont prêté serment devant le président Abdel Fattah al-Sissi » pouvait-on lire dans un communiqué publié par la Présidence de l’Egypte. Les ministres des Finances, des Investissements, du Travail, du Tourisme et de l’Aviation civile ont été notamment remplacés. A noter la création d’un ministère du Secteur public faisant passer le nombre de ministre de 35 membres à 34 auparavant.

Parmi les autres ministres remplacés figurent ceux des Transports, de l’Eau et de l’Irrigation, des Antiquités et de la Justice. Ce dernier, Ahmed Al-Zind, connu pour ses déclarations fracassantes et sa verve immodérée, a été demis de ses fonctions il y a quelques jours après avoir tenu des propos blasphématoires.

Combattre la corruption

Le président al-Sissi a fortement insisté sur la nécessité de combattre la corruption « sous toutes ses formes » et à « rationaliser les dépenses et à préserver l’argent public ». Cette injonction fait suite au scandale de corruption qui avait conduit l’ancien Premier ministre Ibrahim Mehleb à démissionner le 12 septembre dernier, laissant la place au ministre sortant du pétrole Chérif Ismaïl.

Pour rappel, quelques jours plus tôt, le ministre de l’agriculture Salah Helal avait été arrêté suite à des accusations de pots de vin dans une affaire d’attribution illégale de terres appartenant à l’Etat.

L’Egypte reste un pays empreint de corruption. Lors de la première année de la présidence de Abdel Fattah al-Sissi, pas moins de 22 affaire de corruption impliquant insitutions et hommes d’Etat avaient été repertoriées par l’ONG Partners for Transparency Fund.

Malgré la bonne volonté de son président, l’Egypte retse toujours mal classée en matière de corruption. Dans une étude publié le 26 janvier dernier, l’ONG Transparency International classait le pays des Pharaons en 88ème position sur 168 pays avec une note de 36/100.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *