Liban : lancement d’un projet d’amélioration de l’eau potable
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Institutions #Politique #LIBAN
Yoann Hervey
vendredi 25 mars 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 25 Mars 2016 à 11:25

USaid vient de lancer le « Projet de l’Eau au Liban » (LWP) dans le but d’assainir les ressources en eau au Pays du Cèdre. 65 millions de dollars ont été investis.

En collaboration avec le ministère de l’Energie et de l’Eau, l’agence américaine pour le développement international USaid a lancé, le 23 mars 2016 à l’hôtel Le Royal, le « Lebanon Water Project » (LWP). Ce projet vise à permettre à l’ensemble des régions du Pays du Cèdre à avoir accès à une eau potable propre et à améliorer la gouvernance des ressources en eau du pays.

Le LWP est « un événement marquant du partenariat américano-libanais en ce sens qu’il aide à orienter l’avenir de l’eau au Liban et recherche le bien-être des Libanais » a souligné Richard Jones, chargé d’affaires américain et responsable de la présentation du projet.

65 millions de dollars pour l’eau 

La rareté, la non-fiabilité de l’eau et le manque de compétences de la gestion des ressources hydriques sont des problèmes récurrents au Liban. Pour y pallier, l’USaid a alloué 65 millions de dollars au LWP sur 5 ans. Objectif : renforcer les capacités administratives et opérationnelles des cinq organismes publics (l’Office national du Litani et les établissements de Beyrouth, du Mont-Liban, de la Békaa, du Liban-Nord, du Liban-Sud).

Lors de cette présentation, un documentaire visant à faire l’inventaire des projets portés et réalisés par l’USaid jusqu’à ce jour a été projeté. Au total, ce sont près de 180 millions de dollars d’investissement en tout genre qui ont été menés par l’USaid en 15 ans : de la construction de bassin de dépollution de l’eau à la mise en place de laboratoires modernes, en passant par la formation des techniciens et spécilaistes locaux, les investissements ont permis une augmentation quantitative et une amélioration qualitative de la production hydrique dont ont pu bénéficier près de deux millions de libanais.

Un manque de 700 millions de mètres carres

Malgré ces projets, l’eau manque toujoursau Liban. Randa Nemer, conseillère du ministre de l’Energie et de l’eau, a chiffré ce déficit à environ 700 millions de mètres cubes. Un chiffre qui croît « en raison d’un taux de réfugiés syriens dépassant 30% de la population ».  

 

A lire sur le même sujet :

Israël pourrait boire l’eau de ses égouts

Technologies de l’eau, expertise et expérience d’Israel

La technologie de dessalement des eaux d’Israël s’exporte au Japon

 

Pour aller plus loin : 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *