Les éleveurs libanais souffrent face à la concurrence extérieure
#ASavoir #Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #LIBAN
Karl Demyttenaere
mardi 29 mars 2016 Dernière mise à jour le Mardi 29 Mars 2016 à 07:14

Le syndicat des éleveurs de volaille libanais tire la sonnette d’alarme face à une concurrence étrangère de plus en plus rude. Il réclame depuis février une augmentation de 30 à 50% des tarifs douaniers pour limiter les importations de produits venant de l’extérieur.

Le syndicat des éleveurs de volaille représente l’ensemble du ce secteur au Liban; comptant plus d’un millier de fermes pour l’élevage et environ 200 centres de production d’œufs. Ces producteurs locaux souffrent en raison de la concurrence des produits brésiliens et français, mais pas seulement.

Le libre-échange en cause ?

En effet, une partie de la production brésilienne arrive sur le marché libanais via les Émirats arabes unis en bénéficiant des accords douaniers qui existent entre Beyrouth et Dubaï, la GZALE (Grande Zone arabe de libre-échange) signé par le gouvernement de Rafic Hariri. De plus, l’accord d’association entre le Liban et l’Union européenne est lui entré dans sa phase active en 2014.

Cette concurrence légale n’est pas la seule menace pour les éleveurs libanais puisque vient s’ajouter celle issue de la contrebande, concernant principalement la viande de volaille d’origine ukrainienne. Ce dernier pays a en effet perdu ses débouchés sur le marché russe en raison de la crise de 2013.

L’ensemble a accéléré la chute du prix de vente du poulet, se plaçant aux environ d’1,4 dollar le kilo alors que le coût de production peut atteindre les 1,7 dollar pour les petits exploitants. Une situation difficilement tenable qui justifie selon le syndicat une hausse drastique des tarifs douaniers. Mais est-ce que l’appel de l’organisme sera entendu par les autorités ?

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *