Algérie : une poignée de régions reverse la quasi-totalité des recettes fiscales
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #ALGERIE
Karl Demyttenaere
jeudi 31 mars 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 31 Mars 2016 à 11:26

12 wilayas (division administrative du territoire, équivalent des départements en France) contribuent à hauteur de 99% des recettes fiscales… alors que le pays en compte 48 ! Ce manque de « civisme fiscal » a été pointé du doigt par le ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa.

On dénombre près de 48 wilayas dans l’ensemble de l’Algérie mais seulement un quart de celles-ci représentent 99% des recettes fiscales du pays.

Un fait souligné hier par le ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa hier durant d’un séminaire organisé par la Direction générale des impôts (DGI) sur les dispositifs fiscaux à l’adresse des directeurs régionaux et adhérents de la Chambre algérienne du commerce et d’industrie (Caci) avec l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).

Le membre du gouvernement a appelé ainsi les contribuables à plus de “civisme fiscal” au moment où le pays “a besoin de ressources” supplémentaires sur fond de chute des revenus pétroliers.

Un déséquilibre flagrant

Conscient de l’inégale répartition des entreprises et de l’activité économique sur le territoire, en particulier entre une wilayas du Nord du pays, sur la côte, et une autre du sud, le ministre a tenu à mettre en avant le fait que des “des wilayas du nord, sur la côte, qui n’apportent presque rien aux impôts“.

Abderrahmane Benkhalfa a souligné que les grandes entreprises restent celles qui paient le plus d’impôts. Les recettes fiscales venant de ces entreprises (publiques et privées) et hors secteur des hydrocarbures, vont dépasser les recettes de la fiscalité pétrolière du pays estimées à 1 682 milliards de dinars algériens (environ 5,5 milliards d’euros) par la Loi de finance.

Le ministre a cependant regretté le fait que beaucoup d’entreprises ne paient toujours pas leurs impôts sur le bénéfice des sociétés (IBS), alors que l’Etat tend à les stabiliser.

 

A lire également :

Emprunt obligataire, des économistes en parlent

Le Premier ministre Sellal écarte le recours à l’endettement extérieur

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *