L'Algérie lance deux programmes de jumelages centrés sur les travaux publics
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #Institutions #ALGERIE
Samuel Dachary
lundi 4 avril 2016 Dernière mise à jour le Lundi 4 Avril 2016 à 14:06

Deux programmes de jumelage entre l’Organisme national de contrôle technique des travaux publics (CTTP) et des organismes européens similaires ont été lancés mercredi 30 janvier dernier à Alger.

Ces deux programmes s’inscrivent dans le cadre du Programme d’appui à la mise en oeuvre de l’accord d’association entre l’Algérie et l’UE.

Baptisés « Accompagner le CTTP dans la mise en place de systèmes d’aide à la décision pour la gestion du réseau routier et des ouvrages d’arts » et « Accompagner le CTTP dans l’amélioration des techniques d’aménagement et d’homologation liées à la sécurité routière et aéroportuaire », les deux programmes sont financés par l’Union Européenne respectivement à hauteur de 1,6 million d’euros pour le premier et de 1,3 million d’euros pour le second.

Une aide européenne

Ces projets sont tous deux conduits en liens avec des organismes et des centres d’études et d’expertise relevant du domaine des routes et des infrastructures de France, de Portugal et de Belgique.

L’objectif de ces projets selon le directeur général des Routes auprès du ministère des Travaux publics Mohamed Mahiddine consiste à « contribuer au renforcement de la politique de préservation du patrimoine routier et infrastructurel national par des méthodes de gestion modernes et appropriées », alors que l’Algérie dispose de plus de 124 000 kilomètres de routes et de plus de 10 500 ouvrages d’arts.

Concrétisation des programmes

D’une durée de 24 mois, ces deux programmes permettront également d’équiper le CTTP de deux banques de données, routières et des ouvrages d’art, dotées de systèmes d’aide à la gestion de ces infrastructures.

Ceux-ci consistent, selon M. Mahiddine, en la généralisation du système de comptage des véhicules et de pesage des camions sur l’ensemble du réseau routier national pour sa préservation.

Pour Manuela Navaro, représentante de l’ambassadeur et chef de la délégation de l’Union Européenne en Algérie, ces deux jumelages devraient permettre, à travers les échanges des experts pour le développement de l’entretien et le contrôle des routes et des infrastructures aéroportuaires algériennes, de contribuer « à la croissance économique du pays, ainsi qu’à la mobilité des personnes et le transport des marchandises ».

A lire également :

Union européenne, l’Algérie invitée à coopérer davantage

L’Algérie et la France s’entendent pour préserver le littoral de la Méditerranée

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *