Israël : la banque centrale dresse le bilan économique de l’année 2015
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #Emploi #Entreprises #ISRAEL
Yoann Hervey
mardi 5 avril 2016 Dernière mise à jour le Mardi 5 Avril 2016 à 16:07

Chômage, croissance, exportations ou encore high tech, la banque d’Israël vient de publier un rapport dans lequel elle analyse les chiffres clés de l’économie de l’Etat hébreux. Synthèse.

En 2015, selon la banque d’Israël, l’économie israélienne a réalisé de belles performances : 

  • Chômage: point fort de l’économie israélienne, le chômage est à son plus bas niveau depuis trois ans (5,3%) voire même depuis le milieu des années 80 selon les données du bureau central des statistiques. En 2015, près de 90 000 emplois ont été créés dans le secteur des services financiers, le secteur public et dans les entreprises commerciales. Benjamin Netanyahou, le premier ministre israélien, s’est félicité dans un communiqué que l’Etat hébreux soit parvenu au « plein emploi ».
  • Croissance: elle a été stable (2,6%) et devrait continuer à l’être cette année. La banque centrale table en effet sur une croissance d’environ 2,8 % en 2016. Ce taux « modéré » est « surtout le résultat de l’atonie de l’économie mondiale », peut-on lire dans le rapport.
  • Consommation des ménages : elle a augmenté de 4,9% en 2015, son niveau le plus élevé depuis 2007. Les taux d’intérêts se plaçant à un niveau quasi-nul, la situation proche du plein emploi et la baisse des prix de l’énergie ont poussé les ménages à consommer davantage. 
  • Facture énergétique : sa réduction a énormément profité à l’économie israélienne et a permis à l’Etat juif d’économiser près de 5 milliards de dollars par rapport à l’année 2014, ce qui représente l’équivalent de 1,6 point du Produit Intérieur Brut.

Mais elle a connu aussi quelques revers : 

  • High Tech : le secteur pourtant très porteur des nouvelles technologies a commencé à s’essouffler. Le potentiel de croissance a été atteint son paroxysme.
  • Exportations: elles ont baissé de près de 1,3% en raison du ralentissement de l’économie mondiale. Benjamin Netanyahou a notamment insisté sur la nécessité d’accorder une priorité aux exportations vers les pays asiatiques.

« Nous avons commencé des discussions sur un accord de libre échange avec la Chine. Au même moment, nous discutons avec le Japon pour parvenir à un accord commercial sur la clause de la nation la plus favorisée. Tout le gouvernement œuvre pour ouvrir les marchés asiatiques. C’est un changement significatif et je dirais même historique », a-t-il précisé.

  • Monnaie: la dépréciation du shekel, la monnaie juive, a réduit la compétitivité de l’industrie d’Israël.

Pour aller plus loin

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *