Israël place une partie de ses réserves en devises en France
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #ISRAEL
Yoann Hervey
lundi 18 avril 2016 Dernière mise à jour le Lundi 18 Avril 2016 à 13:12

Les réserves en devises de la Banque d’Israël s’élevaient à 90,6 milliards de dollars fin décembre 2015, une partie d’entre elles étaient placées en actions françaises. Quelle est la stratégie globale de l’institution pour ses placements ?

 

Dans un récent rapport de 41 pages intitulé « Investissement des réserves en devises – bilan 2015 », la Banque d’Israël explique investir depuis 2012 dans des devises à l’étranger sur les marchés financiers des Etats-Unis, de l’Allemagne et de la France.

En 2015, l’Etat Hébreux a fait le choix de la diversification et a élargi ses investissements financiers aux marchés japonais, coréen et hongkongais.

La France en 7ème position

Aujourd’hui, les trois principaux bénéficiaires de ces placements en actions sont les Etats-Unis (62%), l’Allemagne (31%) et le Japon (6%).

Si la France fait toujours partie des sept pays choisis par le Banque d’Israël pour ses placements en devises, ces derniers restent très faibles. En 2015, ils ne représentaient que 0,3% du total des placements globaux d’Israël et s’élevaient à 25 millions d’euros.

A titre de comparaison, ces réserves françaises atteignaient 140 millions d’euros en 2014, soit 2,5% des placements israéliens à l’étranger.

A noter que, ce portefeuille d’investissement est essentiellement composé d’obligations d’Etat en dollars, euros et livres sterling (84,8%), d’actions (9,2%) et d’obligations d’entreprises (6%).

Pourquoi des réserves ?

Dans ce rapport, la Banque d’Israël répond à l’une des questions que se posent bon nombre de ressortissants de l’Etat Hébreu : quelle est l’utilité de ces réserves placées à l’étranger ? La réponse de la banque centrale israélienne est triple :

  • Les réserves servent d’approvisionnement en cash en cas de crise majeure telles que des guerres ou des catastrophes naturelles.
  • Elles permettent également à l’institution d’intervenir sur les marchés pour influencer le taux de change de la monnaie israélienne (shekel)
  • Elles jouent un rôle dans la stabilité économique du pays car elles permettent d’éviter de brusques mouvements de capitaux entrant ou sortant d’Israël.

A lire également :

Israël : la banque centrale dresse le bilan économique de l’année 2015

Isréaël, 11ème pays le plus heureux au monde

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *