Maroc : Un nouveau pilote pour l'Institut des métiers de l'aéronautique
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Karl Demyttenaere
mercredi 20 avril 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 20 Avril 2016 à 15:20

Patrick Ménager a pris la tête de l’Institut des métiers de l’aéronautique. Ce transfuge de Safran, ayant été responsable de la qualité chez Sagem Défense sécurité notamment, va devoir mener la lourde tâche de doubler les capacités de cette structure de formation.

Son nom : Patrick Ménager, sa mission : assurer la réussite du projet d’extension de l’IMA qui consiste à doubler sa capacité d’accueil, en passant de 600 stagiaires à 1200 stagiaires formés par an.

L’IMA déploie ses ailes

Précisément, les travaux d’aggrandissement ont été lancés début janvier, poussés par la forte croissance que connait le secteur de l’aéronautique depuis de nombreuses années dans le pays. Le projet avait été annoncé par son prédécesseur Abdlebasset Bentoumi, parti pour “incompatibilité” d’après Benbrahim El Andaloussi, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas).

Cette dernière structure gére l’IMA, inauguré le 4 avril 2011 pour un investissement global de 113,5 millions de dirhams (10,4 millions d’euros environ). Le nouveau projet d’aggrandissement prévoit lui un investissement total de 3 millions d’euros pour doter l’IMA de 1000 mètres carrés supplémentaires d’atelier et 1 300 métres carrés de salles de cours.

Ces nouveaux locaux de 2 300 mètres carrés au total viennent s’ajouter aux 4 400 mètres carrés construits existants.

Une formation exigeante

A l’IMA, les promotions sont des groupes de 15 personnes avec 120 heures de formation. Les cycles de formation en alternance varient eux de 4 à 11 mois suivant les besoins des industriels.

L’institut, situé près de l’aéroport de Casablanca, reçoit environ tous les mois 400 candidatures spontanées par mois d’un niveau Bac+2. Néanmoins, les places sont rares car seuls 10% des candidatures sont sélectionnées.

A lire également :

Figeac Aéro, atterrissage réussi au Maroc

Toulouse et Casablanca, un rapprochement en plein décollage

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *