Au Maroc, les travaux de l'usine PSA débuteront mi-2016
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Yoann Hervey
jeudi 28 avril 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 28 Avril 2016 à 07:12

Bien que les marchés n’aient pas encore été passés, le terrassement de la future usine PSA Peugeot Citroën de Kenitra au Maroc seront lancés cet été.

Le terrain en zone franche situé à 90 kilomètres au nord de Rabat, à Kenitra, est encore nu mais ne devrait pas le rester encore longtemps. C’est du moins ce qu’ont fait savoir les représentants du groupe PSA lors de la troisième édition du salon de la sous-traitance automobile qui s’est tenu du 20 au 22 avril 2016 à Tanger Free Zone.

L’usine du groupe français, d’une superficie totale de 120 hectares, devrait ouvrir ses portes en 2019. Pour rappel, l’investissement total s’élève à 557 millions d’euros et la capacité de production initiale, elle, devrait avoisiner les 90 000 véhicules par an. A plein régime, cette dernière devrait s’élever à 200 000 unités annuelles.

Un chiffre qui a été confirmé par Rémi Cabon, chef du projet Maroc pour PSA, en ouverture du salon qui s’est « très impressionné » par la filière automobile au Maroc. Le secteur automobile génère environ 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploie plus 90 000 salariés.

Selon M. Cabon, « le dynamisme de l’industrie automobile marocaine conforte PSA dans ses choix et dans son objectif d’atteindre un taux d’intégration de 80% pour le site Kenitra, avec une première étape à 60 % au démarrage ».

Telle sera d’ailleurs la principale gageure dudit chef du projet : parvenir très rapidement à un haut taux d’approvisionnement local. C’est pourquoi Peugeot ouvrira, en parallèle de l’usine d’assemblage principale, une usine de moteurs et une annexe dédiée à la fabrication des sièges.

A découvrir également sur le même sujet :

Feu vert pour l’implantation de l’usine PSA en Algérie

PSA lance un centre un centre pour penser la voiture du futur au Maroc

Pour aller plus loin : 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *