Le manque d'eau, frein à la croissance industrielle du Maroc ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #Economie #EnDirectDe #Entreprises #MAROC
Yoann Hervey
lundi 2 mai 2016 Dernière mise à jour le Lundi 2 Mai 2016 à 07:51

D’années en années, les ressources en eau du Maroc s’amoindrissent. Face à ce constat, la CGEM et les industries chérifiennes tentent de solutionner le problème.

Le fait est désormais connu de tous ! Le Maroc va bientôt manquer d’eau. Selon un ensemble d’études menées par le ministère chargé de l’Environnement, les ressources en eau vont décroître rapidement à tel point que le royaume Chérifien va passer en dessous du stress hydrique (moins de 500 mètres cubes d’eau par an et par habitant, NDLR) entre 2020 et 2030.  

Les industries privilégiées

A l’occasion d’une rencontre intitulée « Eau et changements climatiques : Enjeux pour les entreprises » qui a eu lieu en mars dernier à Casablanca dans le cadre des préparatifs de la Cop22, Meriem Bensalah Chaqroun, présidente de la confédération générale des entreprises du Maroc, a admis que cet état des lieux amènera inévitablement à des situations d’arbitrage pour fournir l’eau comme produit de première nécessité aux citoyens, à l’agriculture et à l’industrie du royaume marocain.

 « Pour les entreprises, il n’y a pas de problèmes d’approvisionnement en eau », a rassuré Abdelaziz Zerouali, directeur de l’Agence du bassin hydraulique de Chaouia Bouregreg. Ces dernières n’auront en effet pas à s’inquiéter puisqu’elles seront, au même titre que l’alimentation en eau potable, priorisées sur les besoins eu eau de l’agriculture.

Une contrainte pour les entreprises… mais aussi une aubaine

La raréfaction de l’eau potable aura indubitablement un coût pour les entreprises puisqu’elles devront adapter leurs outils de production à ces nouvelles contraintes. Mais elle constituera également une opportunité en termes d’investissement.

« Il s’agit d’un secteur rentable où il y a beaucoup d’opportunités d’affaires. Ne laissez pas l’Etat investir seul. Le secteur de l’eau a besoin de vous !”, a lancé à l’assemblée de dirigeants d’entreprise Charafat Afailal, ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’Eau.

A l’heure actuelle, on estime que la consommation industrielle moyenne en eau du Maroc est de 1088 milliards de mètres cubes par an. Près de 90% de cette eau est rejetée sous forme polluée. C’est pourquoi un programme de dépollution industrielle va ainsi être lancé et ainsi offrir aux entreprises marocaines des perspectives d’activité.

A lire également :

L’équipementier espagnol Relats investit plus de 7 millions d’euros à Tanger

Un expert en câbles pour automobiles s’installe à Tanger

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *