Quelle est la politique de la Tunisie pour endiguer le marché des contrefaçons ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #TUNISIE
Karl Demyttenaere
mardi 3 mai 2016 Dernière mise à jour le Mardi 3 Mai 2016 à 10:17

La contrefaçon est un fléau en Tunisie, on recenserait plus de 6 millions de produits contrefaits sur le marché, selon une enquête menée sur près d’une décennie.

La commercialisation des produits contrefaits atteint des proportions très importante en Tunisie, touchant jusqu’au circuit officiel de distribution. Certains observateurs pointent la législation trop laxiste des autorités et la réglementation sur les contrefaçons.

En effet, les enquêtes et vérifications de l’origine des produits et de leur authenticité ne sont réalisées qu’après plainte du consommateur (seulement 350 recensées depuis 2006). L’absence de contrôle favorise la distribution de contrefaçons en provenance de Chine ou de Turquie.

Le ministre du commerce tunisien Mohsen Hassan a déclaré que « son département oeuvre pour apporter les amendements nécessaires aux lois relatives à la lutte contre le fléau “dangereux” de la contrefaçon ». Les autorités tunisiennes sont décidées à régler le problème en modifiant et renforçant la législation.

La contrefaçon un problème de Santé publique

Cette prolifération de produits contrefaits est désormais considérée comme un problème de santé publique. Ces produits seraient la cause de maladies dangereuse, en particulier de certaines formes de cancer très difficilement détectables.

Le ministre de la santé Zied Dridi a révélé l’urgence de cette situation : « il faut aussi réviser les législations pour qu’elles soient plus fermes », d’autant plus que 12% des jouets pour enfants produits mondialement sont contrefaits, ce qui expose directement les plus jeunes aux risques de maladies graves.

A lire également :

Rencontre avec le directeur général de Nielsen, champion tunisien du recyclage

La Fondation Orange récompense des entrepreneurs tunisiens et egyptiens

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *