Un nouveau ministre de l’Energie en Arabie Saoudite, quel impact sur le marché de l’or noir ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Politique
Karl Demyttenaere
mardi 10 mai 2016 Dernière mise à jour le Mardi 10 Mai 2016 à 13:43

Le royaume saoudien vient de nommer Khaled Al Faleh ministre de l’Energie, de l’Industrie et des Ressources minières. La dénomination de ce nouveau « superministère » montre la volonté de Ryiad de réduire son addiction au pétrole et pourrait cacher un profond changement de politique pouvant toucher directement les pays de l’OPEP.

Khaled Al Faleh était le dirigeant d’Aramco, firme assurant à elle seule un 8ème de la production mondiale de brut et dont les réserves prouvées s’élevent à plus de 260 milliards de barils.

A la tête du ministère de l’Energie, de l’Industrie et des Ressources minière, il devra mener le programme « Vision saoudienne à l’horizon 2030 » visant à réduire la dépendance du royaume vis-à-vis de l’or noir, dont les prix ne cessent de chuter. 

Ce plan ambitieux annoncé fin avril est une réponse du royaume sunnite face à un déficit budgétaire préoccupant, une fort basse du taux de croissance de son PNB. L’idée est de mettre notamment l’accent sur d’autres sources d’énergies : solaire, éolien, gaz ainsi que développer la pétrochimie.

L’impact sur le marché de l’or noir

Mais cette nomination n’a pas qu’un impact national puisque déjà certains observateurs y voient le signe d’une inflexion de Riyad sur le plan de sa politique pétrolière. Celle-ci, toujours scrutée de près, doit faire face à la volonté du voisin iranien de remonter sa production tandis que certains membres de l’OPEP comme l’Algérie plaident, eux, pour une réduction de leur production globale.

Selon le nouveau ministre : « l’Arabie Saoudite va maintenir sa politique pétrolière stable », rajoutant dans son communiqué que son pays veillera à « renforcer sa position de fournisseur d’énergie le plus fiable au monde. Nous sommes engagés à satisfaire la demande actuelle et additionnelle de la part de nos clients mondiaux dont le nombre ne cesse d’augmenter en utilisant notre capacité » de production.

A lire également :

Demain un pont entre l’Egypte et l’Arabie Saoudite ?

Maroc-Pays du Golfe, un sommet riche en enjeux 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *