La langue française, un pilier pour la coopération militaire franco-libanaise
#Actualite #BuzzNews #CultureSport #EchangesMediterraneens #EnDirectDe #Institutions #Politique #LIBAN
Karl Demyttenaere
lundi 23 mai 2016 Dernière mise à jour le Lundi 23 Mai 2016 à 10:55

Ils sont plus de 1 600 élèves militaires à avoir appris la langue de Molière au sein des 15 centres de formation linguistique dans l’ensemble du Liban. Un programme important qui témoigne des liens militaires mais aussi culturels forts entre Paris et Beyrouth.

Voici une dizaine d’année que la coopération linguistique dans le milieu militaire entre le pays du Cèdre et Paris a débuté.

A la base de simples cours de français dispensés uniquement à l’académie militaire et à l’académie des sous-officiers, le dispositif s’est étoffé au point d’atteindre aujourd’hui quinzaine de centres linguistiques répartis sur l’ensemble du Liban.

Durant l’instauration de ce dispositif, les observateurs avaient constaté que les jeunes éléments de l’armée libanaises maitrisaient de moins en moins le français. Deuxième langue d’enseignement dans le système scolaire, après l’arabe, elle reste un atout pour permettre l’insertion dans le monde professionnel.

La langue de Molière avait ainsi sa place dans le milieu militaire d’autant que forces françaises sont particulièrement présentes au Liban, notamment au sud du Litani, dans le cadre de leur engagement, dans le cadre de la Finul depuis 1978.

Un programme toujours ambitieux

L’objectif du programme est de devenir prochainement totalement autonome et fonctionnel, c’est-à-dire que les formateurs français au Liban n’aurait plus un rôle d’intervention mais de supervision.

Pour atteindre ce nouvel objectif ambitieux, le programme pourra s’appuyer sur ses contributeurs français et libanais, dont des banques et des entreprises privées. L’une d’entre elles a même récemment débloqué le financement nécessaire à la publication d’un manuel d’apprentissage du français militaire pour débutants. La parution de l’ouvrage est prévue pour 2017.

Ces investisseurs seront au rendez-vous le 1er juin au Hilton Habtoor pour le dîner annuel de la francophonie militaire.

A lire également :

Hariri à Paris, les enjeux d’une visite attendue 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *