Comment le Liban se mobilise contre le financement du terrorisme ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique #LIBAN
Karl Demyttenaere
mardi 24 mai 2016 Dernière mise à jour le Mardi 24 Mai 2016 à 13:01

Le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé a inauguré le 23 mai un atelier de travail libano-américain concernant la lutte contre le financement du terrorisme. Dans son allocution d’ouverture, il est revenu sur les mesures fortes prises par les autorités libanaises sur cette question.

L’atelier de travail réunissant des représentants des administrations libanaises et américaines pour coopérer dans la lutte contre le financement du terrorisme a débuté le 23 mai.

Durant son discours d’ouverture, Riad Salamé, gouverneur de la Banque du Liban depuis 1993, s’est exprimé longuement sur l’engagement de son pays dans la lutte contre le financement du terrorisme.

Riad Salamé a fait son allocution  en présence du secrétaire général de la Commission d’enquête spéciale (CSI), Abdel Hafiz Mansour, et de l’ambassadeur américain au Liban, Richard Jones.

Les mesures au Liban

Le gouverneur de la BDL a insisté sur l‘efficacité des lois votées par le Parlement le 13 novembre 2015, ayant permis de « criminaliser le financement des activités de combattants terroristes étrangers » au Liban d’après lui.

Pour rappel, les députés ont voté fin de l’année dernière trois textes permettant :

d’imposer aux frontières la déclaration aux douanes du transport de sommes numéraires ;

d’accepter l’échange intergouvernemental d’informations fiscales sur demande en cas de sérieux soupçons d’évasion fiscale ;

d’élargir le crime de blanchiment d’argent en y incluant notamment l’évasion fiscale et le financement des organisations terroristes.

Le gouverneur n’a pas évoqué la circulaire (n° 137) émise le 3 mai afin de préciser les modalités d’application des sanctions prévues par le « Hezbollah International Financing Prevention Act of 2015 », voté par le Congrès américain en décembre. Cette mesure vise directement l’organisation chiite libanaise et ses avoirs financiers.

A lire également :

L’économie libanaise, victime de l’isolement politique du pays ?

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *