Le Maroc, véritable aimant pour les investisseurs internationaux
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Karl Demyttenaere
jeudi 26 mai 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 26 Mai 2016 à 10:00

En 2015, c’est près de 150 millions d’euros qui ont été investis au capital de plus d’une quinzaine d’entreprises marocaines. Les secteurs qui montent en puissance sont la santé et l’éducation, tandis que l’agro-alimentaire ou l’énergie attirent toujours.

Selon le bilan annuel et les estimations de l’Association marocaine du capital investissement (AMIC), environ 150 millions d’euros ont été investis en 2015 au capital de plus d’une quinzaine d’entreprises marocaines

Plus précisément, l’an passé 606 millions de dirhams (soit environ 60 millions d’euros) ont été investis ou réinvestis par des fonds de private equity disposant d’un bureau au Maroc.

A noter que cette donnée est en recul de 12,9% comparé à 2014. « Mais nous n’a pas pu comptabiliser le fonds Abraaj, qui n’a pas souhaité communiquer ses chiffres, or on sait qu’il a investi au Maroc 150 à 200 millions de dirhams » relativise Omar Chikhaoui, président de l’AMIC. 

Quelques exemples

L’américain TPG Growth et le fonds panafricain basé à Londres Satya Capital du milliardaire soudanais Mo’ Ibrahim ont également investi dans les écoles Yassamine, groupe d’éducation privé, pour 250 millions de dirhams (25 millions d’euros environ).

Le groupe Swicorp basé en Arabie saoudite a notamment investi 125 millions de dirhams dans le capital du glacier Venezia Ice, via le fonds Intaj II.

Toujours dans le domaine de l’alimentaire la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement a investi 495 millions de dirhams (50 millions d’euros environ) dans le capital de Label Vie, groupe de supermarchés marocains.

A noter que depuis 2011, au Maroc, 56% des fonds levées sont le fait des organismes de développement internationaux en moyenne.

Une situation “liée aux accords de libre-échanges avec l’Union européenne. Dans ce contexte, les organismes de développement internationaux, européens notamment ont développé des stratégies de soutien à l’économie marocaine. Pour eux, le capital investissement est un moyen de participer à la croissance des PME au Maroc” explique Omar Chikhaoui.

A ne pas manquer notre Interview du ministre délégué au Transport du Maroc Mohamed Najib Boulif :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *