Casablanca Finance City, la plateforme financière qui monte !
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #MAROC
Karl Demyttenaere
vendredi 27 mai 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 27 Mai 2016 à 10:23

Lancée en décembre 2010, la plateforme Casablanca Finance City s’est déjà hissée à la 2ème place au niveau africain. Le gouvernement marocain a lancé de nombreuses réformes pour permettre cette montée en puissance.

Pour faire de Casablanca une place financière répondant aux meilleurs standards internationaux, le Royaume du Maroc s’est lancée depuis plusieurs années des réformes d’envergure dans le secteur bancaire et financier.

Objectif : doter la place marocaine d’un arsenal juridique et institutionnel équivalent aux places financières les plus avancées de la planète.

Des mesures concrétes

Concernant la titrisation, le Maroc a adopté une vaste réforme de sa loi sur cette technique financière en s’inspirant des législations étrangères les plus efficaces.

Concernant le financement conventionnel, le Maroc a lancé une large réforme de son droit des sûretés mobilières. Son objectifs est de faciliter le crédit aux petites et moyennes entreprises et le financement de projets stratégiques au Maroc.

Cet accès au crédit apparaît en effet comme un élément fondamental de la croissance économique des pays émergents. Bien conscient de cette importance, le Maroc poursuit son processus de réformes dans ce sens (voir notre article sur le Maroc, véritable aimant des investisseurs internationaux)

Des atouts pour monter

A l’aide de ces réformes le Maroc est en passe de devenir une place financière modèle, apte à attirer les investisseurs.

Depuis 2013, la plateforme Casablanca Finance City est référencée par le Global Financial Center Index (GFCI), indice de référence des places financières. Elle figure à la deuxième place en Afrique, devant Maurice et derrière Johannesburg, en Afrique du Sud.

A ne pas rater : notre Interview exclusive du ministre délégué au Transport du Maroc

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *