La nouvelle Bourse de Beyrouth lancée avant la fin de l’année ?
#ASavoir #Actualite #Agenda #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #LIBAN
Karl Demyttenaere
mercredi 1 juin 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 1 Juin 2016 à 13:14

Le 31 mai, le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé a annoncé que la Bourse de Beyrouth devrait faire peau neuve avant 2017, incluant une bourse électronique ainsi que pour les matières premières.

Pour la 2ème édition libanaise de sa conférence, organisée le 31 mai à l’hôtel Phoenicia (voir notre article sur cet établissement), le groupe de presse britannique Euromoney a consacré essentiellement cet évènement regroupant 400 participants au développement des marchés de capitaux.

Une bourse « fantôme » ?

La Bourse de Beyrouth (Beirut Stock Exchange – BSE), encore sous l’égide de l’Etat, est l’une des plus petites places financières du Moyen-Orient, avec seulement… 10 sociétés cotées ainsi qu’une capitalisation bloquée à environ 11 milliards de dollars.

Pour preuve du manque d’envergure de la Bourse de Beyrouth, la baisse de 5% de l’activité en 2015 pour un volume de titres échangés qui s’est effondré de près 23% n’a eu aucun impact sur l’économie du pays.

Pourtant, selon de nombreux observateurs, le développement des marchés de capitaux au Liban permettrait de donner un coup de fouet à une économie au ralenti depuis 2011. 

Vers la privatisation

« Le gouvernement a décidé de privatiser la BSE dans le cadre d’une formule que nous avons élaborée et qui inclut également le lancement d’une seconde bourse électronique », a ainsi révélé M. Salamé, gouverneur de la Banque du Liban, durant la conférence d’Euromoney

Cette nouvelle entité va inclure aussi une bourse pour les matières premières, notamment « un marché pour l’or », ce qui devrait attirer les investisseurs internationaux, selon M. Salamé.

Ce dernier a ajouté : « nous espérons un lancement d’ici à la fin de l’année », a-t-il ajouté, liant le retard dans la création de cette nouvelle bourse « à un délai lié à la prise de décision du gouvernement » (voir notre article sur la crise des institutions).

A lire également :

Comment le Liban se mobilise contre le financement du terrorisme ?

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *