Olivier Poivre d’Arvor nommé ambassadeur de France à Tunis
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Politique #TUNISIE
Karl Demyttenaere
mercredi 20 juillet 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 20 Juillet 2016 à 13:13

Olivier Poivre d’Arvor a été désigné par le Conseil des ministres pour remplacer François Gouyette au poste d’ambassadeur de France à Tunis. Quel est son parcours ?

 
Après des études en philosophie, Olivier Poivre d’Arvor se lance d’abord dans l’édition, avant de se consacrer au journalisme. Il créera ensuite, en 1984, une compagnie de théâtre appelée Théâtre du Lion. Romancier, essayiste, et membre permanent du jury du Prix des prix littéraires depuis 2011, Olivier Poivre d’Arvor est un amoureux de la langue française.
 
À travers ses écrits les plus personnels, il partage son amour pour le continent africain et sa diversité culturelle. Connu pour ses capacités d’organisateur et son dynamisme, Olivier Poivre d’Arvor fut notamment directeur du centre culturel d’Alexandrie (1988-1990), puis de Prague (1990-1994) et de Londres (1994-1999) avant de diriger l’Association française d’action artistique dépendant à la fois du Quai d’Orsay et du ministère de la Culture.
 
Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius l’avait même nommé ministre plénipotentiaire et ambassadeur chargé de l’attractivité culturelle de la France après son départ de la direction de France Culture qu’il a dirigé entre 2010 et 2015.
 
Une fois désigné par le Conseil des ministres, le futur ambassadeur doit obtenir l’agrément du pays dit « hôte ». C’est ensuite seulement, après que les autorités tunisiennes se soient prononcées, que sa nomination pourra être officialisée.
 
Cependant de nombreuses personnes s’interrogent sur la pertinence du choix d’un diplomate sans expérience politique, économique et sécuritaire dans un pays frappé plusieurs fois par de spectaculaires attentats djihadistes.
 
Pour Olivier Poivre d’Arvor, sa mission consiste avant tout à « accompagner le pays dans sa transition démocratique et dans cette dynamique le lien avec la société civile est au moins aussi important que celui avec la classe politique ».
 
A lire également :
 
 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *