Quelle est la vision stratégique de l'UE en Méditerranée ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique
Karl Demyttenaere
mercredi 20 juillet 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 20 Juillet 2016 à 13:43

La nouvelle stratégie de politique étrangère de l’UE a été révélée au Conseil européen du 29 juin. Le document dévoilé par Federica Mogherini, Haut-Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, montre les nouvelles priorités de Bruxelles.

La Méditerranée pourrait être un enjeu majeur des relations internationales dans les années à venir.

En effet, cette zone abritera 100 millions nouveaux chercheurs d’emploi d’ici à 2020, au sein d’un espace écologique où le réchauffement climatique pourrait priver les économies de la région d’un sixième de leur richesse.

D’après les analyses du géographe Michel Foucher « plus de 70% des 75 crises graves ouvertes, identifiées par l’International Crisis Group dans le monde, se localisent entre trois et six heures de vol de Bruxelles ».

Face à ces enjeux, le nouveau document stratégique de 57 pages du Service Européen d’Action Extérieure (SEAE) a été dévoilé le 29 juin par Federica Mogherini, Haut-Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Un document à la hauteur ?

Ce texte, déterminant pour la politique étrangère de l’Union européenne dans les années à venir, ne semble pas mettre la Méditerranée au centre des préoccupations du Vieux Continent d’après plusieurs observateurs.

En effet, ces derniers mettent en avant le mot « Méditerranée » y figure six fois, soit moins que… l’Arctique ! Autre élément révélateur, l’Afrique du Nord n’est mentionnée que trois fois, autant que l’archipel des Caraïbes, tandis que le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest ne sont nommés qu’une fois.

Pour Othman El Ferdaous auditeur du cycle des hautes études européennes de l’ENA « la doctrine stratégique du SEAE paraît faire l’impasse sur une approche proactive vis-à-vis de l’arc de crise qui ceinture l’UE sur sa marche méridionale » explique-t-il à nos confréres de la Tribune.

Les conséquences du Brexit

Avec le Brexit, l’Union européenne pourrait entrer dans une phase de changement et évoluer vers un nouvel équilibre géopolitique, en particulier sur son équilibre entre ses vocations maritime et continentale.

L’Union européenne sans la Grande Bretagne et toujours avec ses nombreux adhérents à l’est du continent apparaît plus que jamais comme une puissance continentale.

De plus, le Brexit pourrait ouvrir la voie d’un rapprochement entre l’UE et la Russie. En effet, avec le retrait des 73 députés britanniques du Parlement européen, en 2019, le parti “anti-russe” au sein de l’institution, dont ils constituaient un pilier, verra ses effectifs diminuer.

Vers une Union européenne plus Méditerranéenne ?

L’Europe tourne-t-elle le dos à cette question majeure qu’est la Méditerranée ? Depuis 2014, le siège de l’agence Frontex en charge de gérer les frontières de l’Union européenne est à Varsovie. A noter également que sur les 28 intergroupes du Parlement européen, aucun n’existe pour les parlementaires intéressés par les enjeux de la Méditerranée ou de l’Afrique

Cependant, avec la présidence maltaise du Conseil européen, de janvier à juin 2017, le dialogue méditerranéen pourrait bien se placer au cœur de l’UE.

Pour aller plus loin : Lisez ici le document intégral du SEAE et l’analyse approfondie de Othman El Ferdaous.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *