Un nouveau traitement révolutionnaire pour la vue élaboré en Israël
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #CultureSport #Economie #EnDirectDe #ISRAEL
Karl Demyttenaere
mercredi 20 juillet 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 20 Juillet 2016 à 14:12

Les chercheurs israéliens affirment avoir mis au point une thérapie prometteuse à partir de cellules souches pour traiter de la dégénérescence maculaire liée à l’âge, ou DMLA, ce qui pourrait sauver la vue de millions de personnes.

 
La dégénérescence maculaire liée à l’âge est la principale cause de perte irréversible de la vision chez les personnes de plus de 60 ans. Le nombre de personnes atteintes de DMLA, même dans les formes mineures, pourrait donc augmenter de 50%, pour atteindre 2,25 millions en 2030.
 
L’équipe israélienne de Cell Cure Neurosciences basée à Jérusalem a été autorisée en septembre 2015 à travailler sur des cellules souches embryonnaires humaines (CSEh) dans le but de trouver un traitement pour la DMLA, annonce des « résultats encourageant » à l’issue de la première phase de l’essai.
 
Cette thérapie consiste en une injection sous la rétine du patient de cellules RPE, dérivées de cellules souches embryonnaires humaines, le traitement OpRegen permettra ainsi le remplacement des cellules RPE dysfonctionnelles du patient.
 
Selon le Dr Eyal Banin, un des principaux développeurs de cette technologie et directeur des maladies dégénératives au Centre de la rétine d’hôpital Hadassah Ein Kerem, « Le plus grand avantage de ce type de thérapie est sans doute son interaction avec les cellules environnantes », affirme-t-il. « Cette interaction bidirectionnelle peut aider les cellules restantes à survivre et à fonctionner correctement ».
 
Sur la base des résultats encourageants de la première phase, les chercheurs vont lancer un second essai dans lequel de nouveaux patients recevront une dose augmentée. Ces nouvelles ont été annoncées par la Fondation de lutte contre la cécité de Colombia Maryland, qui finance la recherche pré-clinique pour les essais.
 
A lire également :
 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *