Les investissements étrangers en Israël au plus haut
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #ISRAEL
Karl Demyttenaere
mercredi 27 juillet 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 27 Juillet 2016 à 15:46

Malgré le BDS (Boycott, Désinvestissements et Sanctions) ciblant Israël pour son mauvais traitement perçu des Palestiniens, les investissements étrangers dans l’Etat Hébreu ne se sont jamais aussi bien portés.

Selon un rapport de Bloomberg rendu public le 2 juin sur les flux de capitaux étrangers en Israël, le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissements et Sanctions) n’a eu aucun impact. En effet, l’investissement étranger total en Israël a même augmenté, atteignant un niveau record en 2015 de 285 milliards de dollars.

« Nous n’avons pas de problème avec les investissements étrangers en Israël, au contraire », a déclaré Yoel Naveh, chef économiste du ministère israélien des Finances.

Le rapport précise que même les entreprises installées en Cisjordanie, particulièrement ciblées par le BDS, ont vu une importante hausse des investissements.

Ainsi, sur les neuf compagnies israéliennes importantes avec des liens variés aux implantations étudiées par Bloomberg, toutes ont enregistré une hausse des participations non israéliennes ces trois dernières années.

Sur ces compagnies étudiées, les deux avec le plus grand pourcentage de hausse des participations étrangères étaient des institutions bancaires. Ainsi, la banque Leumi, la plus grande d’Israël par le nombre d’actifs, est passée de 33 % à 50 % ; et la banque Israël Discount a elle plus que quadruplé ce pourcentage (passant de 13% à 55%).

Pourquoi un tel succès ? « Les gestionnaires de fonds, les économistes et les gouvernements disent que les avoirs d’Israël sont une alternative attractive aux faibles performances ailleurs. L’économie du pays ralentit, mais elle croit plus vite que celles des Etats-Unis et de l’Europe, et ses taux d’intérêt sont plus élevés », peut-on lire dans le rapport. 

En effet, la croissance pour Israël devrait atteindre 2,8% en 2016 contre seulement 1,8% aux Etats-Unis et en Europe, couplée à un shekel apprécié, créant des conditions parfaites pour encourager la confiance des investisseurs étrangers 

Cependant, derrière ces chiffres généraux, il existe des cas où le BDS a eu un impact concret. En effet, en janvier 2014, GM des Pays-Bas, l’un des 20 plus grands gestionnaires d’actifs de pension du monde, a décidé de se retirer de cinq banques israéliennes à cause de leur implication dans le financement de construction d’implantations juives en Cisjordanie. 

Autre cas, l’année dernière cette fois, le fonds souverain de Norvège de 860 milliards de dollars a exclu Africa Israel Investments de son portefeuille.

D’après les autorités israéliennes, ces cas ne représentent qu’une goutte d’eau dans un vaste océan d’investissements étrangers.

A lire également :

Portrait du nouvel ambassadeur de France en Israël

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *