Le Royaume Uni veut augmenter ses échanges avec le Liban
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Politique #LIBAN
Magda Doria Makboul
vendredi 29 juillet 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 29 Juillet 2016 à 10:28

Hugo Shorter, ambassadeur de Grande-Bretagne au Liban, a ré-affirme la solidité des liens entre les deux pays et veut même doubler leurs échanges commerciaux d’ici 2020.

Au cours de la conférence sur les retombées du Brexit (NDLR : référendum britannique qui s’est tenu le 23 juin dernier approuvant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne) sur l’économie libanaise, l’ambassadeur de Grande-Bretagne au Liban, Hugo Shorter a réitéré l’engagement de son pays et a déclaré « Nous avons comme objectif ambitieux de doubler nos relations commerciales avec le Liban d’ici à 2020 ».

Organisée par l’Association des commerçants de Beyrouth (ACB), en collaboration avec le club des anciens étudiants de l’université de Harvard au Liban, la conférence à mis en lumière l’importance de la collaboration commerciale des deux pays qui correspondait à près de 517 millions de dollars en 2015 et place le Liban comme deuxième partenaire commercial du Royaume-Uni dans le Levant, derrière Israël, et le sixième au Moyen-Orient.

Plusieurs entreprises anglaise ce sont installé au Liban et coopérèrent avec les entreprises nationales tel qu’Électricité de Zahlé et l’entreprise britannique Agrekko ou encore l’accélérateur technologique libano-britannique, le UK Lebanon Tech Hub.

Bien que l’économie libanaise ne connaît pas de croissance importante à 1,5 % en 2015 et 1,8% en 2016, M. Shorter a affirmé que « Nous ne voulons pas que le Brexit signifie une sortie des affaires au Moyen-Orient ».

En ce qui concerne les aides britanniques au Liban, l’ambassadeur a déclaré : « Nous allons dépenser 150 millions de dollars pour le développement au Liban cette année, en plus des 26 millions de dollars d’aides à l’armée libanaise ».

A lire également :

Le Royaume-Uni mobilise 600 millions d’euros pour le commerce avec l’Egypte

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *