Israël : nouvel El Dorado de la Social Tech ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #ISRAEL
Magda Doria Makboul
lundi 1 août 2016 Dernière mise à jour le Lundi 1 Août 2016 à 10:09

Depuis deux ans, de plus en plus d’accélérateur tournées vers l’innovation sociale sont crées afin de répondre à un marché en plein expansion. La « nation start-up » va-t-elle franchir une nouvelle étape avec la Social Tech ?

Israël est devenu une destination incontournable pour de nombreux investisseurs nationaux et étrangers.

Le fondateur de Comptoir de l’Innovation Nicolas Hazard, a déclaré à nos confrères du journal Les Echos que  « Certes, il existe un certain décalage entre la “nation start-up” et la scène israélienne des entreprises tournées vers l’innovation sociale, qui commence seulement à se développer. Mais le potentiel est immense ».

En effet, cette structure française fondée en 2010 veut devenir le premier réseau mondial d’incubateur et de fonds d’investissement des entreprises de l’économie sociale et solidaire.

En exportant son modèle dans près de dix pays (France, Etats-Unis, Maroc, Tunisie, Chili, Benelux, Afrique du Sud et Hong Kong), M. Hazard a réussi à inaugurer son antenne à Tel Aviv et a nouer des partenariats avec Impact First Investments, premier fonds israélien dédié aux entreprises sociales.

Déjà des projets innovants

Ce fond d’investissement, aidé par la société de capital-risque Pitango, a déjà soutenu AngelSense, un système de monitoring géolocalisation pour les enfants atteints d’autismeIntendu qui a créé un programme de jeux vidéo pour la réhabilitation de victimes de lésions cérébrales.

 “Sur le plan mondial, la plupart de l’investissement en impact social se fait en direction des “social tech”, constate Cécile Blilious, la fondatrice d’Impact First Investments, “c‘est dans ce domaine qu’Israël peut faire la différence”.

Le Comptoir de l’innovation revendique 500 entrepreneurs incubés (dont 80 en France), une levée de fonds de 150 000 euros en moyenne, et la création de plus de 5 000 emplois

Cécile Blilious indique « Rien qu’au cours de ces deux dernières années, quatre accélérateurs spécialisés dans les “social tech” ont vu le jour ici et l’on estime à environ 60 le nombre de start-up israéliennes ayant développé des solutions technologiques pour résoudre un problème sociétal ».

La responsable évoque déjà des exemples comme :

– 8.200 Social Program, entreprise qui entend mettre le réseau des anciennes recrues de l’unité technologique des renseignements de l’armée israélienne au service d’entrepreneurs sociaux

– TechForGood, accélérateur ayant accompagné deux promotions de start-ups et disposant d’une antenne à Singapour ;

– SocialTechLab, une structure qui vient de démarrer à Haïfa, à l’initiative d’un ex-employé de l’entreprise de défense Rafael.

A lire également :

Les investissements étrangers en Israël au plus haut

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *