Schneider Electric soutient le système éducatif libanais
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Recrutement #LIBAN
Karl Demyttenaere
lundi 1 août 2016 Dernière mise à jour le Lundi 1 Août 2016 à 09:31

Dans le cadre du programme « Semeurs d’Avenir », le groupe français Schneider Electric s’implique pour défendre l’enseignement technique au Liban aux côtés de son partenaire : l’IECD (Institut européen de coopération et de développement).

Le programme « Semeurs d’Avenir » vise à intégrer les jeunes, socialement et professionnellement, à travers le renforcement des liens entre la formation professionnelle et le monde de l’emploi, mais aussi par le renforcement des compétences dans les écoles techniques. 

Après la guerre de 2006 au Liban, et en particulier au début de 2007, ce projet a été lancé avec le soutien et en coordination avec l’IECD, Semeurs d’Avenir (sœur libanaise de l’ONG), Schneider Electric Méditerranée-Est et de la Fondation Schneider Electric.

Depuis, Schneider Electric a décidé de cibler le système éducatif libanais, de promouvoir principalement l’enseignement technique, pour être en mesure de contribuer à un avenir meilleur pour les jeunes.

Le but essentiel de Schneider Electric est d’assurer des dons et des fonds pour le matériel électrique utilisé dans le programme.

Par ailleurs, Schneider Electric, à travers son équipe EASTMED, forme des formateurs pour le programme et cherche des possibilités de stages, parmi ses partenaires, pour les meilleurs étudiants.

D’autre part, IECD a réussi à être un véritable catalyseur qui est parvenu à réunir toutes les parties concernées, ainsi que : des écoles publiques, des entreprises, des centres d’expertise, des ministères, des bailleurs de fonds et même de la Direction générale de la Vocation (de l’Emploi) et l’Enseignement technique. 

Des résultats importants

Depuis le début de la mise en œuvre du projet, 234 professeurs ont été formés, et 1400 étudiants ont bénéficié de ce programme.

En fait, le projet, dont le but principal est l’application de l’expertise savante, continue de venir en aide à de nouvelles écoles techniques en leur fournissant du matériel et en leur assurant des stages de formation.

L’expérience Libanaise a été copiée dans différents pays africains comme le Maroc, le Nigeria, la Côte-d’Ivoire et l’Egypte

Au Liban, la période d’inscription dans les écoles techniques se déroule généralement de septembre à novembre. Il est important de mentionner que les élèves ont un stage obligatoire pendant les deux années pour une période de 8 semaines chacune, d’ailleurs, cette activité sera évaluée au cours de l’examen officiel. 

A noter que le groupe Schneider Electric a un chiffre d’affaires d’environ 25 milliards d’euros et compte plus de 170 000 collaborateurs dans plus de 100 pays.

Pour plus d’informations sur ce programme, découvrez cette vidéo de l’IECD :

A lire également :

L’Union européenne vient soutenir les TPE et PME au Liban

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *