L’Egypte va doubler sa production d’électricité avec une nouvelle centrale gigantesque
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Karl Demyttenaere
mardi 2 août 2016 Dernière mise à jour le Mardi 2 Août 2016 à 16:18

L’Egypte est en pleine construction d’une centrale électrique à cycle combiné produite par Siemens. La ville de Béni-Soueif accueillera la centrale la plus imposante du monde et deux autres centrales identiques sont prévues en 2018. Ce nouveau projet permettra au pays de doubler sa production d’électricité.

La signature d’un mémorandum d’entente à Charm el Cheikh en Mars 2015 suivi de la signature du contrat à Berlin entre Siemens et l’Egypte a permis le début de la coopération entre les deux parties.

Une production record

Les deux turbines H livrées en février 2016 ont une capacité de production de 4800 mégawatts, alors que la capacité maximum en Egypte des centrales de cycle combiné est de 3 200 mégawatts.

Une production d’une seule de ces centrales sera supérieure à celle produite par le Haut-Barrage d’Assouan qui ne fournit « que » 3 000 mégawatts.

Les trois centrales électriques de Siemens prévues dans le pays augmenteront la capacité de production du pays de 50% par rapport aux capacités actuelles.

Le pays a commandé vingt-quatre turbines pour construire trois centrales électriques dont une à Borollas et une dans la capitale administrative en construction (voir notre article).                                                                                             

Le constructeur a signé un contrat de 8 milliards de dollars (environ 7 milliards d’euros) pour les trois centrales produisant 14,4 gigawatts et d’une centrale éolienne d’une capacité de production de 2 gigawatts. Les nouvelles turbines Siemens battent un nouveau record de rendement de 62%.

Des négociations fructueuses

Le cout de la construction est relativement bas, le cout de construction par kilowatt est de 25% inférieur au prix international.

Cela s’explique par l’achat important mais aussi par le second contrat de maintenance des huit turbines de Béni-Soueif de 600 millions d’euros sur neuf ans. Le gouvernement payera Siemens sur douze ans, après trois année de grâce selon Ibrahim Al-Chahat, président de la Société d’électricité de la Haute-Egypte.

A lire également :

Polémique en Egypte sur la rentabilité des investissements dans les énergies renouvelables 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *