Lancement d'une plateforme à destination des femmes rurales tunisiennes
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Institutions #EGYPTE #LIBAN #TUNISIE
Karl Demyttenaere
mercredi 3 août 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 3 Août 2016 à 15:42

Une initiative commune du centre de formation et de recherche pour les femmes arabes (CAWTAR) du Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes de Bari et de l’agence italienne de coopération pour le développement à donné lieu à la création d’une plateformes baptisée « Femme rurales ».

Ce projet est unique en Méditerranées et dans le monde arabe en général car il vise à créer une base de données qui regroupera les études, les recherches et les projets menées dans le cadre de la promotion des droits de la femme rurale et l’amélioration de sa situation.

Ce projet bptisé GE.MAI.SA englobera la Tunisie, le Liban et l’Egypte dans un premier temps et s’intéressera aux autre pays dans une seconde phase. 

Des constations inquiétantes

Cette initiative est née suite à plusieurs constations. Tout d’abord celle de l’absence d’informations fiables et précises sur la situation des femmes rurales en Tunisie, sur le caractère ponctuel et éphémère des reformes et actions qui sont menées en leur faveur mais aussi de la double iniquité dont celles ci souffrent.

En Tunisie, ce projet sera concrétisé par le lancement d’une initiative pilote sur le renforcement du rôle des femmes dans le contexte rural de Médenine, Zarzis, Ajim et EL Grine. Le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance Samira Merai se penche sur l’élaboration de programmes visant à améliorer la situation des femmes en milieu rural grâce à la lutte contre l’extrémisme, l’abandon scolaire et aussi le développement économique.

Mme Merai souligne que le taux de femmes rurales en Tunisie s’élève à 32,4%, mais seul 19,3% d’entres elles possèdent un revenu fixe. Cependant elles sont présentes dans tous les secteurs productifs tel que la main-d’œuvre saisonnière à hauteur de 79,9% et contribuent pour 85% à la sécurité alimentaire.

A lire également :

Création du premier institut d’e-learning au monde en Tunisie

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *