Comment la société israélienne intègre les autistes
#CultureSport #Emploi #EmploiFormation #ISRAEL
Karl Demyttenaere
jeudi 4 août 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 4 Août 2016 à 14:55

L’Etat Hébreu développe ses structures pour l’accueil et l’accompagnement des jeunes autistes sans déficit intellectuel. Ceux-ci peuvent ainsi de plus en plus accéder à des postes qualifiés dans l’armée et à des cycles supérieurs.

En Israël, plus de 150 écoles se consacrent aux enfants autistes mais leur insertion dans la société ensuite constitue un défi. Depuis 2013, le programme « Roim Rachok » permet à des volontaires autistes de haut niveau de rejoindre l’armée après six mois de cours, de sessions d’adaptations et de préparation avec un psychologue.

En effet, dans l’Etat Hébreu, le service militaire n’est pas qu’une obligation mais aussi un rite de passage important. Sur les 8 millions d’habitants d’Israel, 8 000 sont diagnostiqués autistes selon l’association israélienne pour les enfants autistes. Une population que de nombreuses initiatives cherchent à intégrer à la société.

Des programmes se développent

L’organisation éducative Beit Ekstein a lancé en mars sa propre université avec un programme académique consacré spécifiquement aux jeunes autistes : 20 élèves étudient sur place avec le soutien de tuteurs au campus de Givatayim, en banlieue de Tel-Aviv.

Autre structure, l’université d’Ariel, située dans les territoires occupés de Cisjordanie, accueille depuis 2008 30 éléves présentant un autisme de haut niveau ou un syndrome d’Asperger.

Le psychologue Judah Koller, professeur à l’université hébraïque de Jérusalem, a décidé de créer sur place le premier centre universitaire interdisciplinaire consacré à l’autisme. L’idée est de réunir au même endroit des chercheurs, des médecins, des familles, des travailleurs sociaux.

Un partenariat a été noué entre l’hôpital Hadassah et l’Université hébraïque pour permettre une levée de fonds de 75 millions de dollars et l’ouverture du centre d’ici à 2 ans.

Un modèle à l’international ?

Certaines de ces institutions ont un rayonnement international, comme l’Institut Feuerstein. En effet, la structure dispose d’un centre international proposant des sessions de six semaines de sa méthode cognitive et éducative. Par exemple, plusieurs français se sont tournés vers ce centre, comme la présidente de SOS-autisme Olivia Cattan, qui a fait séjourné son fils sur place durant un mois.

En quarante ans, Israël a largement amélioré son système pour inclure les autistes dans la société mais l’Etat Hébreu compte bien poursuivre dans cette voie.

A lire également :

Israel : nouvel El Dorado de la Social Tech ?

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *