Visite historique du Premier ministre Netanyahu en Afrique
#Decideurs #EchangesMediterraneens #Politique #ISRAEL
Karl Demyttenaere
lundi 8 août 2016 Dernière mise à jour le Lundi 8 Août 2016 à 14:48

Benjamin Netanyahu a effectué la première visite d’un Premier ministre israélien en Afrique depuis celle effectuée en 1994 à Casablanca par son prédécesseur Yitzhak Rabin. Ouganda, Kenya, Ethiopie et Rwanda, ce déplacement sera riche en symboles mais pas seulement.

Le 3 juillet, le Premier ministre Netanyahu l’a annoncé clairement au Conseil des ministres, cette visite : « Cela fait partie d’un effort majeur de notre part pour revenir en Afrique par la grande porte. Cette visite est importante pour les entreprises israéliennes et pour Israël, pour les pays d’Afrique aussi ».

Le déplacement du chef du gouvernement israélien s’achève le 8 juillet après être passé par le Kenya, l’Ethiopie, le Rwanda et l’Ouganda

Dans ce dernier pays, Benjamin Netanyahu a participé aux commémorations 40ème anniversaire d’une opération menée par des commandos, le 4 juillet 1976, pour la libération des passagers d’un vol Tel-Aviv/Paris détourné à Entebbe (35 km de Kampala) par des membres du Front populaire de libération de la Palestine.

Cette opération des forces israéliennes a été marquée par la mort du colonel Jonathan Netanyahou, frère aîné de Benyamin Netanyahou.

De nouveaux partenaires commerciaux

Durant le reste de sa visite, le Premier ministre de l’Etat Hébreu a inauguré à cette occasion des bureaux de l’Agence israélienne pour le développement international dans les quatre pays africains visités.

En effet, le Kenya, l’Ethiopie et le Rwanda, sont trois pays enregistrant une forte croissance économique depuis plusieurs années.

En marge de cette tournée, le cabinet du Premier ministre a annoncé en marge de cette tournée que 11,7 millions d’euros seront consacrés au « renforcement des relations économiques et bilatérales avec les pays africains ».

A lire également :

L’Egypte sollicite le soutien d’Israël face à l’Ethiopie

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *