Des perspectives économiques positives pour l’Afrique du Nord ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EnDirectDe #Politique #ALGERIE #EGYPTE #MAROC #TUNISIE
Karl Demyttenaere
mercredi 17 août 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 17 Août 2016 à 10:42

Grâce à l’amélioration de leur stabilité politique et économique, les pays de l’Afrique du Nord enregistrent une hausse de leur croissance économique moyenne. Malgré une situation macroéconomique plutôt bonne, les situations de chaque pays restent très différentes.

Selon le rapport 2016 de Perspectives économiques en Afrique les pays de l’Afrique du Nord enregistrent une hausse de leur croissance économique moyenne grâce à l’amélioration de leur stabilité politique et économique. En effet, 3,2% en 2015, contre 1,4% en 2014.

De plus, les analystes tablent sur un redressement progressif de l’économie mondiale et du cours des matières premières afin de favoriser la reprise, attendue véritablement pour 2017. 2,9% de croissance est attendu en 2016 et 3,6% en 2017 en Afrique du Nord.

Des situations très diverses 

Malgré cette croissance dans cette région du monde, la situation reste fortement contrastée. En Libye, les ruptures de production de pétrole, la crise politique et l’incertitude ambiante ont continué d’entraîner une récession. Pour sortir de cette situation délicate, il est nécessaire de mettre fin au conflit et d’installer un gouvernement national pour envisager une reprise économique.

Concernant l’Egypte, la croissance se renforce et les prévisions sont plutôt bonnes, grâce aux réformes macroéconomiques engagées et à la confiance retrouvée des investisseurs.

En Algérie, même si la croissance s’est maintenue grâce à l’activité agricole et au rebond de la production pétrolière, les perspectives restent dépendantes des réformes visant à la diversification et la transformation structurelle de l’économie (voir notre article : Pourquoi l’Algérie n’est pas encore une puissance émergente ?)

De son côté, le Maroc a connu une croissance plus importante et diversifiée que le reste de la région. Cependant, sa croissance en 2016 devrait souffrir de la faible pluviométrie. Dans le royaume de Mohammed VI, le tourisme a pâti des problèmes sécuritaires de la région, mais a été nettement moins marqué que la Tunisie.

Le complexe cas tunisien

Précisément, dans ce dernier pays, malgré la chute des productions minière et industrielle due à des mouvements sociaux, les bonnes récoltes agricoles de l’année 2015 ont permis d’afficher une croissance légèrement positive, de 0,5%.

Les prévisions misent sur une croissance de 2% en 2016 et 2,4% en 2017 mais le pays est confronté aux défis du chômage et des disparités régionales pèsent lourdement sur la stabilité socio-économique dans le contexte d’une marge budgétaire étroite.

En effet, comme le souligne le rapport, depuis 2010, le taux d’endettement de la Tunisie a augmenté d’environ 32%, soit à un rythme annuel moyen de 5,3 %, un taux très supérieur aux 2% de croissance moyenne de l’économie.

A lire également :

L’Egypte face à un secteur énergétique en crise

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *